Le président de la N-VA, Bart De Wever, a demandé lundi au gouvernement fédéral d'interdire les rassemblements dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus et d'instaurer un couvre-feu en soirée, à l'exception de certains déplacements essentiels, dans lesquels il inclut les trajets domicile-travail.

Le bourgmestre d'Anvers envisage déjà de telles mesures au niveau local, mais il préfère une mesure uniforme au niveau fédéral, a-t-il fait savoir sur VTM.

"Nous demandons des mesures plus strictes que celles déjà en place", a confirmé son porte-parole. "Nous le faisons sur les conseils du secteur médical, des services d'urgence et de la police locale".

Pour M. De Wever, une interdiction de rassemblement de plus de dix personnes rendrait plus efficace le conseil actuel de distanciation physique. En outre, un couvre-feu nocturne aiderait considérablement la police et les services d'urgence dans leurs tâches, selon lui.


M. De Wever s'était pourtant montré frileux à l'idée d'interdire les événements organisés à Anvers, quand a éclaté l'épidémie de coronavirus en Belgique. "Si une telle ligne de conduite est donnée, il faudra qu'elle soit accompagnée d'un fonds d'indemnisation pour éviter un bain de sang économique au secteur et à tous les sous-traitants", avait-il estimé. Ces déclarations faisaient suite à la première salve de mesures annoncées par le gouvernement Wilmès. Celles-ci "recommandaient" l'annulation de tous les événements intérieurs qui réunissaient plus de 1.000 personnes.