Au vu de l'impasse politique constatée au niveau fédéral, le Roi a poursuivi ses consultations ce mardi 5 novembre.

C'est avec l'audience des co-présidents d'Ecolo Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet que le roi Philippe a bouclé mardi après-midi un premier tour de consultations consécutif à la demande des préformateurs Geert Bourgeois (N-VA) et Rudy Demotte (PS) d'être déchargés de leur mission.

Le Roi, qui tient en délibéré sa décision sur le duo Bourgeois-Demotte, a ainsi rencontré tous les négociateurs des partis qui pourraient former une coalition "jaune-pourpre", associant la N-VA aux socialistes et libéraux, ou "arc-en-ciel", associant socialistes, libéraux et écologistes, éventuellement complétés par les chrétiens-démocrates flamands.

La plupart du temps, ces négociateurs étaient les présidents de parti eux-mêmes: Paul Magnette (PS), Bart De Wever (N-VA), Gwendolyn Rutten (Open Vld), John Crombez (sp.a), Meyrem Almaci (Groen) et le duo Maouane-Nollet (Ecolo).



Deux partis dans lesquels se jouent une élection présidentielle étaient représentés par leur chef(fe) de file au gouvernement fédéral d'affaires courantes, au titre de "négociateurs fédéraux": le MR, avec la Première ministre Sophie Wilmès, et le CD&V, avec le vice-Premier ministre Koen Geens.


Les Verts, écartés au cours de la mission Vande Lanotte-Reynders à la suite du refus d'Ecolo de s'asseoir à la même table que la N-VA, ont donc été associés aux consultations royales. Ils avaient été reçus par MM. Demotte et Bourgeois.

La suite des opérations n'est pas claire. Relancer la piste d'une coalition jaune-pourpre associant le PS et la N-VA pourrait paraître compromis au vu de l'impasse perceptible dans la demande de MM. Bourgeois et Demotte d'être déchargés de leur mission et les déclarations récentes des chefs de file de ces deux partis.

Une majorité arc-en-ciel, éventuellement élargie au CD&V, pourrait constituer une nouvelle piste, mais elle est actuellement écartée par l'Open Vld et le CD&V.