L'ancien ministre fédéral Jan Jambon (N-VA) a mis en question mercredi, dans l'émission Terzake de la VRT (Canvas), la crédibilité du programme du Vlaams Belang, qui continue de participer aux consultations politiques menées par son président de parti Bart De Wever en vue de constituer un gouvernement flamand. "Les formules qu'ils utilisent sont plutôt populistes et je ne pense pas qu'elles fonctionneront. Mais ce serait trop facile de les renvoyer dans l'opposition, ils pourront alors continuer d'essayer d'attirer les électeurs avec des formules magiques irréalistes", a-t-il affirmé.

L'ancien ministre de l'Intérieur s'interroge sur plusieurs propositions du parti d'extrême droite, comme son stop à l'immigration ou à la solidarité envers la Wallonie. Sur ce dernier point, "nous avons naturellement un mécanisme de solidarité que nous voulons maintenir et, à long terme oui, démanteler", a-t-il nuancé.

"Nous devons voir si nous pourrions passer des accords avec le Vlaams Belang, pour qu'ils puissent montrer si leurs formules fonctionnent ou non, pour qu'ils soient aussi obligés de prendre eux-mêmes des responsabilités, au lieu d'envoyer des bombes depuis l'extérieur".

La N-VA et le Vlaams Belang ne disposent pas de suffisamment de députés pour former un gouvernement flamand reposant sur une majorité parlementaire. Et jusqu'à présent, aucun autre parti flamand ne s'est montré enclin à rompre le cordon sanitaire qui empêche la formation extrémiste d'accéder au pouvoir.

"En effet, il faut pour cela un troisième partenaire. Ce sont des discussions difficiles et je ne vais pas maintenant les compliquer davantage", a ajouté M. Jambon.