Il déplore qu'un gouvernement fédéral puisse se former sans majorité côté flamand, avec des partis différents au fédéral et au régional.

Sept partis poursuivront les négociations dans la semaine: les préformateurs Egbert Lachaert (Open Vld) et Conner Rousseau (sp.a) sonderont le MR, l'Open Vld, le PS, le sp.a, Groen, Ecolo et le CD&V pour préparer la formation d'un gouvernement fédéral. S'ils s'allient effectivement, la coalition Vivaldi ne serait pas soutenue par une majorité en Flandre.

"Dommage pour les Flamands", a déclaré le Premier ministre flamand Jan Jambon (N-VA) à la VRT. "Je pense que le parti qui défend par excellence les intérêts des Flamands s'est proposé comme un partenaire très sérieux et a également parcouru un long chemin avec le PS pour parvenir à ce grand accord."

Ce qui ne serait "pas une bonne chose" pour Jan Jambon. "La Flandre doit aussi être gouvernée au niveau fédéral avec une majorité démocratique du côté flamand. Les partis qui s'engagent sur cette voie devront rendre des comptes", somme-t-il. "Mais nous n'en sommes de toute façon qu'au début de la formation fédérale, nous verrons comment cela se passe."

Si le CD&V et l'Open Vld rejoignent un gouvernement fédéral sans la N-VA, Jambon entend leur demander de reconfirmer l'accord de coalition flamand. "Je suppose qu'ils le feront et que nous continuerons avec la même équipe", indique-t-il. "Dans un État fédéral mature, il peut y avoir d'autres coalitions au niveau fédéral et au niveau des États. "

"Cet accord de coalition flamande contient même un certain nombre de références à des questions fédérales", ajoute Jambon. "Il sera important que ceux du gouvernement flamand soient représentés au sein du gouvernement fédéral. Mais dans un État fédéral normal, c'est comme ça que ça marche.", ajoute Jan Jambon. 

Le CD&V et l'Open Vld n'ont pas encore réagi à ces déclarations.