Invité au Cercle de Wallonie à Namur le 29 avril dernier, le vice-Premier ministre N-VA Jan Jambon a prononcé une phrase qui lui attire aujourd'hui les foudres des milieux nationalistes. "Les transferts Nord-Sud, ça nous aide juste pour le marketing. Mais en fait, ça ne nous intéresse pas", a-t-il déclaré au cours de son allocution selon Le Vif/L'Express qui était présent.

Le ministre de l'Intérieur était interrogé sur l'avenir du programme communautaire de son parti dans le cas où les transferts Nord-Sud cesseraient d'ici quelques années.

Le Vif stipule ce mardi que, suite à ces propos, un article virulent, intitulé "De bocht van Jambon" (Le virage de Jambon), a été publié par la revue nationaliste Doorbraak. "Est-ce la nouvelle ligne du parti ? Son collègue de parti Geert Bourgeois le sait-il - lui qui a encore commandé récemment une étude sur les transferts Nord-Sud ?", s'interroge l'auteur du papier.

Le Vlaams Belang, en perte de vitesse dans les sondages, a profité de cette missive pour attaque la N-VA.

Une volée de bois vert que le ministre a semble-t-il voulu éviter en faisant pression sur la rédaction du Vif/L'Express, comme le précise l'hebdomadaire et en mettant en cause les propos relayés par le journaliste. "Un enregistrement atteste pourtant clairement de la véracité de cette citation", assure le magazine.

Jan jambon aurait été mal compris

Le vice-Premier ministre N-VA Jan Jambon aurait mal été compris. L'ancien maître à penser du Vlaams Volksbeweging explique à La Libre Belgique que "les transferts Nord-Sud ne sont qu'un symptôme visible d'un mal profond". En cela, ces transferts ne sont donc pas importants. C'est la maladie qui l'est. "Mais, poursuit Jan Jambon, ces transferts nous aident à faire passer notre message - pourquoi nous sommes pour le confédéralisme - auprès d'un large public. En soi, les transferts sont donc du marketing." Bon. Cela ressemble quand même beaucoup à une justification d'après-gaffe.