"Nous sommes confrontés à une pandémie qui nous impose de prendre une série de mesures. En retirer une comme ça, ça ne va pas", a-t-il dit. Durant le week-end, le ministre-président flamand Jan Jambon avait indiqué que le couvre-feu constitue "une atteinte très grave à notre liberté". Le chef de groupe de la N-VA à la Chambre, Peter De Roover, a quant à lui déposé une proposition de loi visant à la levée de cette mesure tandis que du côté francophone, Georges-Louis Bouchez, le président du MR, a plaidé pour sa suppression dès le mois d'avril.

"Personne ne veut garder le couvre-feu plus longtemps que ce qui est nécessaire. Mais nous devons regarder l'évolution des chiffres. Ce n'est par exemple pas parce que l'horeca rouvrira que le couvre-feu ne sera plus nécessaire", a souligné ce lundi le président du CD&V en appelant ses collègues à ne pas "jouer de petits jeux politiques" sur cette question.

Joachim Coens a toutefois qualifié de "problématique" le maintien du couvre-feu à 22h00 à Bruxelles alors qu'il débute à minuit en Flandre et en Wallonie.