"Ce n'est pas le moment d'abandonner. Je ferai tout pour être un bon parlementaire", écrit-il dans un texte publié mardi matin. Alors qu'il avait négocié la formation de la coalition Vivaldi pour son parti, ce sont Tinne Van der Straeten et Petra De Sutter qui ont finalement été désignées ministres par les écologistes flamands. Un duo salué par Kristof Calvo qui avait toutefois vivement regretté la manière dont il avait été écarté. Déçu, le parlementaire avait expliqué vouloir prendre du temps pour réfléchir à son avenir en politique.

La réflexion a pris quelques semaines. "Effectivement, j'aurais voulu être ministre. Parce que je veux changer les choses en Belgique, un pays que j'aime, et en politique, mon tout premier amour", souligne-t-il ce mardi. Mais la déception a laissé place à une évidence. "Des bancs du parlement, je veux contribuer à une politique d'ouverture, à plus de démocratie et à moins de particratie", assure-t-il.

"Ce n'est pas le moment d'abandonner. Beaucoup de nos compatriotes ont des soucis beaucoup plus importants. Les entrepreneurs de l'horeca sont dans le besoin, les gens de tout âge se sentent seuls, les travailleurs de la santé sont épuisés et les chiffres du corona augmentent. Je veux faire quelque chose et c'est en politique que je le peux le mieux", poursuit Kristof Calvo.

Ce dernier continuera donc à siéger au parlement en tant "qu'écologiste convaincu, progressiste décomplexé et 'vivaldiste' enthousiaste."

"Outre deux ministres au top, notre équipe fédérale compte également un chef de groupe irréprochable", a de son côté réagi la présidente de Groen, Meyrem Almaci. "ensemble, nous allons transformer la déclaration gouvernementale en une politique forte qui tire tous les Belges vers le haut", a-t-elle ajouté.