L'accord de coopération conclu dans ce sens entre les différentes entités du pays a été adopté vendredi par le parlement bruxellois qui était la dernière assemblée à encore devoir se prononcer à son sujet. Il n'y a eu aucun vote de rejet. On a dénombré 17 abstentions (PTB et cdH; un MR et un DéFI).

L'accord conclu entre le pouvoir fédéral et les entités fédérées vise à partager les données contenues dans le Passenger Locator Form (PLF) que les personnes arrivant en Belgique depuis l'étranger (sauf exceptions) doivent remplir.

L'absence de cet accord de coopération rendait dans les faits le contrôle des obligations imposées aux voyageurs de retour d'une zone rouge très compliqué. A partir de la semaine prochaine, les autorités locales pourront par exemple contacter une personne pour savoir si elle respecte bien la quarantaine et a besoin d'aide. Les données pourront être transmises à la police le cas échéant.

Pour contrôler le dépistage, les données du PLF seront automatiquement transmises à la banque de données de la police et pourront être comparées aux codes de test inutilisés. Les données seront conservées durant 14 jours.