Le nouveau chef de la Défense (Chod), l'amiral Michel Hofman, a pris ses fonctions vendredi après-midi pour un mandat de quatre ans, succédant au général Marc Compernol, qui partira à la retraite dimanche après d'émouvants adieux aux Forces armées, à l'issue de 48 ans passés sous l'uniforme. L'amiral Hofman a été investi au cours d'une cérémonie militaire présidée par le ministre de la Défense, Philippe Goffin, à l'Ecole royale militaire (ERM) à Bruxelles, devant un parterre réduit de personnalités - dont trois anciens ministres, André Flahaut, Pieter De Crem et Didier Reynders -, dans le respect des mesures de distanciation sociale imposée par la pandémie de coronavirus.

Cet officier de 59 ans avait été désigné le 30 juin par le gouvernement pour devenir chef de la Défense (Chod) à compter de ce vendredi.

Le général Compernol, 63 ans, a une dernière fois passé les troupes en revue avant de remettre son commandement à la tête de l'armée à son successeur. Il a associé ses petits-enfants à son départ et n'a pas pu cacher son émotion, en s'exprimant avec la gorge nouée, au moment de mettre fin à une carrière militaire de 45 ans, précédée par trois ans d'études à l'Ecole des Cadets, alors installée à Laeken et aujourd'hui disparue.

M. Goffin, qui a hérité du portefeuille de la Défense le 30 novembre dernier, a salué la carrière du "patron" sortant de la Défense qui a occupé une quinzaine de fonction différentes au sein de la hiérarchie militaire. Il a aussi réussi, au cours des quatre ans de son mandat de Chod, à faire approuver par le pouvoir politique d'importants achats de matériels militaires.

Ce que le général Compernol qualifie volontiers de "Big Four" -, en référence aux contrats d'achat conclus pour 34 nouveaux avions de combat américains F-35, quatre drones MQ-9B SkyGuardian, 442 blindés à roues (382 engins 6x6 Griffon et 60 véhicules de reconnaissance et de combat Jaguar) et six nouveaux navires de lutte contre les mines en coopération avec les Pays-Bas, pour un montant de plus de sept milliards d'euros.

"Cela a été quatre années intenses pour vous", a souligné le ministre, en rappelant qu'il avait "tous les jours travaillé à l'avenir de la Défense" et "tous les jours prouvé à nouveau que la Défense était nécessaire" pour assurer la sécurité du pays, que ce soit lors d'opérations de paix à l'étranger ou à domicile, avec le renfort fourni à la police fédérale depuis cinq ans et demi sous l'appellation d'opération "Vigilant Guardian" (OVG).

L'amiral Hofman, un natif d'Ostende où il habite toujours après avoir fait toutes ses études en français à Bruxelles - ce qui lui vaut d'être estampillé comme francophone après deux Chod néerlandophones - est désormais chargé de piloter durant quatre ans la "transformation" qui s'annonce pour les Forces armées, confrontées à de nombreux défis, comme le rajeunissement du personnel et la mise en service simultanée de ces nouveaux systèmes d'armes.

Tant M. Goffin que l'amiral Hofman ont souligné que le recrutement de milliers de militaires - quelque 10.000 d'entre eux, appartenant à la génération des baby-boomers", les personnes nées entre 1946 et 1964, partiront à la retraite - représente le principal défi pour l'armée dans les prochaines années.