L'engagement politique de ce Gantois remonte aux années 1960 durant lesquelles il milite au sein de Were Di et Voorpost, des organisations radicales du mouvement flamand. Il quitte la Volksunie après le Pacte d'Egmont, qui crée un schisme au sein du parti, et rejoint le Vlaams Blok en 1979. Il est élu à la Chambre en 1991.

De 1999 à 2001, M. Van den Eynde occupe l'une des vice-présidences de la Chambre dont il sera contraint de démissionner par les chefs de groupe des autres partis en raison de sa participation à une réunion du Sint-Maartensfonds, association d'ancien combattants flamands du front de l'est sous les couleurs nazies. Il a également présidé la commission de l'Infrastructure de l'assemblée.

En 2011, alors que des tensions internes secouent le Vlaams Belang, il est exclu du parti. En 2012, il appellera à voter pour la N-VA aux élections communale même s'il n'en a jamais été membre.