C’était une femme débordante de vie, avec son franc-parler. C’était une mandataire politique qui jouissait d’une vraie popularité dans sa ville d’Alost.

C’était, car Ilse Uyttersprot (CD&V), qui fut bourgmestre d’Alost de 2007 à 2012 et parlementaire fédérale de 2007 à 2010, a été assassinée dans la nuit de lundi à mardi.

Le parquet de Flandre orientale reste avare de commentaires sur ce dossier. Mais il apparaît clairement qu’Ilse Uyttersprot, qui avait 53 ans, a été victime d’un féminicide, tuée par un homme avec qui elle avait - ou avait eu - une relation amoureuse.

Ilse Uytterspot et Jurgen D. étaient ensemble depuis trois mois. Lundi soir, ils sont rentrés à Alost dans l’appartement de l’homme, situé dans la Meuleschettestraat à Alost.

Mardi, vers 8 h, Jurgen D. s’est rendu à la police locale, signalant qu’il avait tué l’ancienne bourgmestre d’Alost. La police a découvert le corps sans vie d’Ilse Uyttersprot.

Les faits s’inscrivent, a indiqué dans la journée Annelies Verstraeten, porte-parole du parquet de Flandre orientale, dans la sphère relationnelle. Le mobile n’est donc pas à chercher dans l’action politique de Mme Uyttersprot.

Connu et condamné

Le parquet n’a pas dit comment Mme Uyttersprot est morte, indiquant qu’une autopsie serait pratiquée sur le corps mercredi pour déterminer les causes de la mort.

Il semblerait qu’elle ait été tuée à coups de marteau. Le parquet ne confirme pas.

Jurgen D., 49 ans, était agent immobilier. Il gérait aussi une petite agence de publicité. Il était déjà connu de la justice dans un dossier de violences intrafamiliales, ce qui est très régulièrement le cas dans les dossiers de féminicide.

Jurgen D. avait ainsi été condamné en 2014 à six mois de prison avec sursis pour coups et blessures ainsi que pour harcèlement envers une ancienne compagne.

La police judiciaire fédérale a longuement entendu Jurgen D. Son interrogatoire s’est terminé mardi vers 18 h. Il sera présenté - pour assassinat, a d’ores et déjà indiqué le parquet - à un juge d’instruction de Termonde mercredi à 13 h. Ce sera au juge de retenir les chefs d’inculpation et d’un (probable) mandat d’arrêt.

Très populaire à Alost

Licenciée en droit, avocate, Ilse Uyttersprot était la fille de Raymond Uyttersprot, qui fut bourgmestre d’Alost de 1983 à mars 1987. Il était mort en fonction du cancer à 51 ans. Sa fille avait alors 20 ans.

Ce fut un choc pour cette dernière : elle racontait ainsi qu’il ne s’était jamais remis de la tuerie au Delhaize d’Alost. Bourgmestre, il s’était rendu immédiatement sur place et avait été confronté aux huit morts et aux neuf blessés graves.

Ilse Uyttersprot deviendra elle-même bourgmestre d’Alost en 2007. Elle perdra les élections d’octobre 2012. Le maïorat reviendra alors en janvier 2013 à Christoph D’Haese (N-VA).

Christoph D’Haese est resté bourgmestre en 2019 avec le CD&V dans la majorité. Ilse Uyttersprot était échevine du Sport, de la Culture et de la Jeunesse. Mais les relations ont rapidement tourné à l’aigre, se cristallisant sur le budget pluriannuel.

Depuis fin 2019, le bourgmestre lui avait retiré ses attributions. Elle restait néanmoins échevine. Combative, Ilse Uyttersprot a contesté son éviction devant le Conseil d’État qui ne s’était pas encore prononcé.

Ilse Uyttersprot avait connu en 2011 une notoriété dont elle se serait volontiers passée. Une vidéo de 2007, filmée de loin à son insu, avait alors fait le tour de la Toile. On la voyait dans des ébats amoureux avec son compagnon au sommet d’une tour en Espagne.

Elle savait assurément que ces images la poursuivraient toute sa carrière. Mais elle avait assumé : "Et alors ?" disait-elle. Et elle avait su en rire, se déguisant elle-même en tour pour l’édition 2012 du carnaval d’Alost.