"Il veut la société entière, ni plus ni moins", écrit Siegfried Bracke dans une opinion publiée sur le site de Doorbraak, connu pour être proche des nationalistes flamands. L'ancien président de la Chambre, qui n'a jamais caché ne pas être un fervent supporter du virologue de la KULeuven, ne mâche pas ses mots dans le texte intitulé "L'épopée du grand virologue". Il y décrit Van Ranst comme étant à l’affût de la toute-puissance. "Il veut le pouvoir, le politique, les rênes du pays, les contre-pouvoirs, tout doit reposer entre ses mains", commente celui qui a quitté la politique en 2019.



Si ce n'est pas la première fois que Bracke s'oppose à l'expert du GEMS, sa sortie ne passe pas inaperçue au vu du contexte actuel très tendu. En effet, cela fait plus d'une semaine que Marc Van Ranst et sa famille sont obligés de se cacher suite aux menaces émises par Jürgen Conings . Le militaire , qui reste introuvable malgré l' important dispositif mis en oeuvre pour l'arrêter , avait été aperçu en début de semaine dernière à proximité du domicile du virologue qu'il a pris pour cible. 

"Un terroriste veut me tuer"  

Marc Van Ranst n'a par ailleurs pas manqué de reprocher au nationaliste flamand le timing de sa sortie, qu'il a qualifiée de "lâche". "Un terroriste veut me tuer. Nous nous cachons depuis une semaine dans une planque loin de l'air libre", a-t-il réagi sur Twitter. "Et que fait Siegfried Bracke ? Semer davantage de haine pour attiser les sentiments anti Marc Van Ranst dans la société."



Il n'est pas le seul à juger les propos de l'ancien président de la Chambre déplacés dans un tel contexte. "Personne n'est obligé d'être d'accord avec Marc Van Ranst", a tweeté le recteur de la KULeuven Luc Sels. Je comprends tout à fait que ses opinions puissent susciter des réactions. Marc aussi, en réalité. Mais la façon dont Siegfried Bracke, dans ce tweet et dans d'autres, attaque un homme qui doit se cacher avec sa famille, ce n'est vraiment pas possible pour moi." 


"L'arroseur-arrosé"

Siegfried Bracke a répondu aux deux hommes sur Twitter. Se contentant de lancer à Marc Van Ranst "l'arroseur-arrosé", le nationaliste flamand a ensuite reproché au recteur de la KULeuven de ne s'être arrêté qu'à une citation de son texte. "Vous excellez aussi dans l'approche scientifique", a-t-il répondu ironiquement à Luc Sels. "Lisez l'opinion dans son entièreté pour commencer. Et penchez-vous également sur les antécédents."