Des remous sont apparus cette semaine en rapport au budget fourni par le parti à la nouvelle venue anversoise pour mener sa propre campagne. Il s'agit d'un montant de 53.000 euros. Les dirigeants du parti ont déclaré avoir demandé des conseils juridiques pour confirmer que le soutien à un candidat pouvait être fourni par le biais de factures d'entreprise. Cela s'avère possible si cette entreprise fournit des services à la lumière de l'objectif d'une campagne ou d'un lancement politique.

L'Open Vld souligne que le parti n'a pas fait de don ni payé d'argent à l'avance, mais a mis à disposition un budget pour lequel une entreprise qui fournissait des services pourrait facturer le parti.

Il est question de plusieurs factures. La première s'élevait à 20.000 euros pour les dépenses de campagne telles que les publicités sur les réseaux sociaux et la correspondance. Elle concernait des coûts qui étaient en partie soumis à déclaration fiscale.

La deuxième facture s'élevait à 33.000 euros pour un employé personnel. Celle-ci ne pouvait pas être considérée comme à déclarer en tant que dépense électorale, avait-il été décidé.

La dernière facture provenait d'une société de communication associée à Sihame El Kaouakibi. Outre cette facture, il y avait également des prestations réelles de communication de campagne pour plusieurs candidats anversois à la Chambre et des listes de candidats flamands, selon le parti. La facture était incluse dans les déclarations des candidats concernés.