Le Premier ministre Elio Di Rupo a plaidé mercredi à Louvain-la-Neuve en faveur de la mise en place d'une circonscription fédérale, une première alors que le PS s'est toujours montré pour le moins réservé à cet égard, à l'instar de la majorité des élus néerlandophones.

"Si cela ne tenait qu'à moi, j'instituerais une circonscription fédérale", a indiqué le chef du gouvernement. Il serait bon que les hommes et femmes politiques puissent s'engager de la même façon d'Ostende à Arlon, a-t-il poursuivi, estimant que cet élément "permettrait de conforter notre modèle fédéral" au sein duquel les compétences des Communautés et Régions ont été renforcées.

Elio Di Rupo a souligné qu'il s'agissait d'une opinion personnelle alors que les partis flamands seront amenés à développer une "stratégie de la pédagogie" dès le mois de novembre, en vue du scrutin de mai.

Les huit partis de la majorité institutionnelle avaient renvoyé la question d'une circonscription fédérale à une Commission parlementaire qui sera mise en place prochainement.

Le politologue Paul Magnette s'était montré favorable à une telle circonscription avant de prendre la présidence du PS. Au sein du parti, une telle idée ne recueille pas les faveurs du courant régionaliste emmené par Jean-Claude Marcourt. En Flandre, le dossier avait resurgi il y a quelques mois, sans que l'on puisse percevoir une réelle évolution.

Proposant une leçon inaugurale à l'occasion de la rentrée académique des étudiants en sciences politique de l'UCL, le Premier ministre Elio Di Rupo s'est voulu "optimiste" pour l'avenir, assurant qu'une "Belgique rénovée" avait été dessinée.

Selon lui, la réalité, l'évolution du contexte européen et la dynamique qui se met en place pour l'avenir permet d'appréhender positivement la mère de toutes les élections, dont un des enjeux sera le score des partis indépendantistes au nord du pays.


"Quand le Premier ministre parle avec nostalgie de BHV"


Le président des FDF, Olivier Maingain, a estimé que le Premier ministre Elio Di Rupo, qui a souhaité la mise en place d'une circonscription fédérale, "dit une chose mais a fait son contraire en acceptant la sixième réforme de l'Etat et sa dérive confédéraliste".

"Non seulement, la circonscription fédérale à l'échelle de tout le pays n'a pas été instaurée mais, de surcroît, la seule circonscription électorale à caractère fédéral, à savoir l'arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde, a été scindée", a indiqué mercredi Olivier Maingain dans un communiqué.

Selon le président des FDF, "BHV présentait l'avantage de chevaucher la frontière ethno-linguistique et de rassembler les électeurs des deux communautés là où ils vivent ensemble". D'après lui, "en scindant BHV, les partis associés à la réforme de l'Etat ont donné raison aux partis nationalistes et extrémistes flamands qui veulent renforcer la frontière ethno-linguistique comme future frontière d'Etat".

Dès lors, relève-t-il, "les propos de monsieur Di Rupo sont davantage inspirés par la nostalgie que par une véritable volonté de renforcer l'Etat fédéral que la sixième réforme institutionnelle affaiblira durablement".