Le fournisseur d'accès à internet des institutions belges Belnet semble avoir réussi à contrer la cyberattaque qui a touché son réseau en début d'après-midi. "L'impact de l'attaque semble s'atténuer", indique-t-il mardi soir. 

Le fournisseur d'accès à internet était aux prises avec une attaque par déni de service de son réseau, qui consiste en l'envoi d'une grande quantité de requêtes vers un serveur afin de faire plier celui-ci et l'empêcher de fonctionner. Une équipe d'urgence du Centre pour la cybersécurité Belgique a été appelée à intervenir.

À 18h30, Belnet a confirmé avoir pris plusieurs mesures avec succès. "L'impact de l'attaque semble s'atténuer. Nous surveillons constamment notre réseau pour répondre à de nouvelles tentatives."

Environ 200 organisations ont été concernées, dont des universités, des administrations et des instituts de recherche.

Les réunions à la Chambre annulées

Plusieurs services gouvernementaux ont été affectés durant la journée. Le Parlement fédéral a ainsi été forcé d'interrompre plusieurs réunions de commissions qui se tenaient en visioconférence.

Des auditions devaient avoir lieu, notamment en commission des Relations extérieures à propos de résolutions déposées sur la situation de la minorité ouïghoure en Chine. En raison de la pandémie, une bonne partie des députés et des orateurs invités participent aux travaux à distance mais le problème survenu mardi empêchait tout lien entre les salles de commission et les personnes qui se trouvent à l'extérieur.

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dû suspendre ses travaux

Suite à la cyberattaque contre le réseaux Belnet, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dû suspendre les travaux de ses commissions, mardi. En raison de la situation sanitaire, une partie des parlementaires intervient à distance via le système Cisco Webex, or le problème de connexion internet généré par la cyberattaque ne permettait plus de garantir la poursuite des débats.

Les centres de vaccination également touchés

Les systèmes de réservation en ligne pour les centres de vaccination ont également subi des désagréments, mais tout est revenu à la normale peu après 17h00, selon le responsable informatique de la campagne de vaccination, Frank Robben.Celui-ci assure par ailleurs que tout se passe bien dans les centres de vaccination eux-mêmes.

Le parquet fédéral a lui aussi subi des désagréments pendant une réunion en visioconférence, mais assure que ceux-ci ont été résolus sans gravité.

Une plainte a été déposée pour connaître l’origine de cette offensive par déni de service.