Les trois partis qui prônent l’indépendance de la Flandre (ou une large autonomie dans le cas de la Lijst Dedecker) progressent. Les trois partis traditionnels sont en recul. Les écologistes enregistrent un statu quo. Voilà en gros ce que l’on peut retenir du volet flamand de cette édition printanière du sondage La Libre-RTL.

A eux trois, les partis de la mort-née "Forza Flandria" totalisent cette fois 49,4 % des intentions de vote au nord du pays, autant dire la moitié. Aux élections fédérales de juin 2010, ces trois formations atteignaient 43,8 %. Aux régionales, un an auparavant, 36 %. La progression est donc continue et significative. Et du coup, cela fait aussi un électeur flamand sur deux qui choisit des options socio-économiques assez radicales, même si l’on peut supposer que c’est plutôt le blocage fédéral qui est à l’origine de ces scores.

La N-VA et le Vlaams Belang réalisent tous deux la même progression : 1,8 %. Mais la santé des deux formations est bien différente. Avec 33 %, la N-VA réalise tout simplement le meilleur score d’un parti en Flandre depuis des lustres. Lorsque les nationalistes étaient associés au CD&V, ils n’avaient jamais réussi à franchir la barre symbolique des 30 %. Il faut remonter au CVP des années 80 pour trouver pareille hégémonie au nord du pays.

Pour le Vlaams Belang, c’est une autre histoire : ce sursaut vient interrompre une longue série de revers, depuis leur score historique aux régionales de 2004 : 24,2 %. Enfin, la LDD remonte également mais, à 3,2% (+0,6 %), c’est plutôt anecdotique et l’avenir du parti de Jean-Marie Dedecker reste pour le moins incertain.

Les trois partis traditionnels affichent une baisse d’1% (1,1 dans le cas de l’Open VLD), et ce par rapport à des scores qui étaient déjà loin d’être mirobolants. Dans le cas du CD&V (16 %), il s’agit même d’un minimum historique. Les deux autres avaient déjà fait aussi mal. Pour le SP.A, c’était il y a deux ans, juste après l’implosion du cartel avec les VlaamsProgressieven (ex-Spirit) de Bert Anciaux. Pour l’Open VLD, c’était en septembre dernier.

Enfin, les verts sont la composante la plus stable de l’échiquier politique flamand : à 7,8 %, ils sont exactement au même niveau qu’en décembre mais, en fait, à 1% près, cela fait trois ans qu’ils affichent le même score.