"Si l'écart entre les taux de vaccination s'accentue entre la Flandre et Bruxelles, nous devrons penser à alléger les mesures en Flandre plus tôt que dans les autres régions", a déclaré le ministre-président flamand.

Selon le compteur développé par le gouvernement régional (laatjevaccineren.be), plus de 70% des Flamands de plus de 65 ans ont déjà reçu une première dose de vaccin. Sur le tableau de bord de Sciensano, l'on peut voir que 29,9% des personnes vivant en Flandre ont déjà reçu une première dose, contre 22,5% pour Bruxelles.

© dr

Pour l'instant, au vu de la faible différence de taux de vaccination, la question ne se pose pas encore. Mais, dans le futur, si l'écart s'agrandit, le politique affirme qu'il faudra "en tenir compte et prendre une décision à ce sujet". "J'aurai beaucoup de mal à expliquer qu'on ne peut pas assouplir les mesures en Flandre parce que la Belgique francophone n'a pas été aussi vite que nous". Toutefois, reconnaît-il, "ce ne sera pas évident, étant donné que beaucoup de Flamands vont à Bruxelles et vice versa. Ils entrent beaucoup en contact."

Une position qui ne surprend en tout cas pas venant de la N-VA, comme Jan Jambon le revendique lui-même. "En tant que nationaliste-flamand, je ne peux pas vous dire autre chose."

"J'espère que la Wallonie et Bruxelles feront des efforts"

Histoire d'être éventuellement prêt le moment venu, le ministre-président explique avoir "déjà mis cela sur la table du Comité de concertation", rappelant que l'avancement de la couverture vaccinale engendrera de nouveaux assouplissements au niveau national. Et donc pourquoi pas au niveau régional?

"J'espère surtout que la Wallonie et Bruxelles feront des efforts pour lutter contre le scepticisme sur les vaccins, car c'est de cela qu'il s'agit", poursuit-il. "Je pense que les gens se tournent davantage vers la France, où les campagnes anti-vaccins sont plus féroces qu'en Flandre ou aux Pays-Bas."