Le mariage PS-N-VA semble impossible, pas illogique.

Les politologues Stefaan Walgrave et Isaïa Jennart, tous les deux de l’Université d’Anvers, avaient élaboré avec des confrères de l’UCL le Stemtest, qui permettait de mieux cerner son profil d’électeur avant le scrutin du 26 mai. En considérant les positions exprimées par les partis dans toute une série de thèmes de campagne pour élaborer ce test, ils ont cherché à savoir laquelle des coalitions pressenties au fédéral - l’arc-en-ciel ou la bourguignonne - serait la plus facile à mettre en œuvre. Réponse : l’arc-en-ciel qui serait la plus simple à mettre en place. Les partis qui la composeraient (les libéraux, les socialistes et les écologistes du nord comme du sud du pays) présentent en effet davantage de convergences que les formations politiques que l’on retrouverait dans une bourguignonne, la seconde grande option sur la table.

Mais en compulsant le profil des personnes qui ont effectué le Stemtest sur l’un des 4 médias partenaires - La Libre, De Standaard, la RTBF et la VRT -, il s’avère que c’est la bourguignonne qui se rapprocherait le plus des attentes du public. Même s’il s’avère quasi impossible de marier PS et N-VA.