Crème catalane au menu, ce mardi 15 septembre. La commission des Affaires étrangères de la Chambre reçoit une délégation du gouvernement catalan. La visite doit permettre aux députés belges d’interroger les émissaires de Barcelone sur les conséquences d’une éventuelle scission de leur région avec le reste de l’Espagne. La victoire attendue des indépendantistes aux élections du 27 septembre rend l’hypothèse crédible. 

Sans surprise, cela comble d’aise la N-VA. Dans un communiqué envoyé lundi, la formation nationaliste flamande anticipe "la séparation avec la vieille Espagne" (sic), et annonce qu’un de ses députés, Peter Luyx, donnera une conférence de presse sur le sujet. L’invitation évoque "l’évolution de la Catalogne, d’une région autonome vers un nouvel Etat européen". Un avenir inscrit dans les astres, semble-t-il. "Si les derniers sondages se confirment, la naissance du 29e Etat membre de l’Union sera un fait." Le communiqué de la N-VA ne précise pas, en revanche, si la Flandre est ou non appelée à devenir le 30e Etat de l’Union.