Sur le plateau de la VRT dimanche matin, M. De Croo avait défendu le recours à des arrêtés ministériels plutôt qu'à une législation, en affirmant préférer ne pas ajouter de l'incertitude juridique aux incertitudes qui pèsent déjà sur la population.

Des universitaires de Wallonie et de Bruxelles avaient dénoncé, dans une carte blanche publiée vendredi dans Le Soir, cette prise de décisions par arrêtés ministériels et réclamé une 'loi corona' passant par un débat démocratique.

M. De Roover souligne à son tour le rôle du Parlement quand sont concernées "les restrictions les plus drastiques de nos droits fondamentaux". A ses yeux, l'exécutif gouverne de facto par le biais de pleins pouvoirs qu'il s'est arrogés.