Une réunion au sommet a eu lieu ce matin, avenue de la Toison d'Or à Bruxelles, c'est-à-dire au QG du MR. Charles Michel, le coformateur et nouveau Premier ministre, accompagné d'Olivier Chastel et de Didier Reynders ont présenté en bureau de parti l'épure budgétaire "suédoise" validée ces derniers jours, les grandes orientations politiques du futur gouvernement selon l'accord définitif qui n'a toujours pas été présenté à la presse. Les négociateurs MR ont également rappelé devant le conseil du MR (donc le bureau, qui réunit les barons du parti) les priorités libérales dans ces négociations fédérales avec la N-VA, le CD&V et l'Open VLD. Comme on s'en doute, l'ambiance dans la salle était excellente. Charles Michel, Didier Reynders et Olivier Chastel ont reçu de longs applaudissements de la part des dizaines de mandataires MR présents. Michel, Reynders et Chastel ont bénéficié d'une standing ovation de la part de l'assemblée pour avoir fait atterrir la "suédoise" (enfin presque : il reste quelques heures de réunion sur le casting gouvernemental).

Lors de ce bureau de parti, Charles Michel a informé les mandataires les plus influents du MR que sa première action en tant que Premier ministre serait de rencontrer les syndicats. En effet, Charles Michel veut vraiment faire comprendre que le MR est une formation de centre-droit et non de droite "dure", que la concertation sociale est très importante à ses yeux. Le MR veut être perçu comme un parti de société, et non comme un organisation destinée à favoriser les plus nantis. Pour rappel, c'est Charles Michel qui avait fait accepter par Bart De Wever, comme condition pour entamer les négociations "suédoises", le fait que la N-VA respecterait la concertation sociale tout au long de la législature. Une sorte de "pacte social" avait été signé par les nationalistes flamands.

Réconciliation au MR

L'heure est aussi à la grande réconciliation entre "micheliens" et "reyndersiens". " Didier a félicité Charles, qui a félicité Didier , raconte un ténor du parti qui a assisté au bureau de ce matin. Didier a dit que tout le parti devait désormais se rassembler derrière la future équipe MR au gouvernement pour défendre l'accord "suédois". Ils ont dit aussi qu'il n'y aurait pas de postes ministériels pour tout le monde… Mais ça, on s'en doutait. Ils ont ensuite expliqué qu'il y avait encore des questions non résolues sur la répartition des postes : on aura les Affaires étrangères mais les Finances iront aux Flamands. On aurait le Budget, en toute logique. Mais le portefeuille Justice est fort demandé…. Les négociations reprendront ce soir, après le congrès de participation du parti ." Par ailleurs, le MR voudrait revoir à la baisse le nombre de ministres au sein de la future équipe, ce qui ne plaît pas aux partis flamands.

Hommage de Deprez à Reynders

Oui, l'heure semble décidément au rassemblement au MR. La preuve : Gérard Deprez, président du MCC au sein du MR, clairement plus proche de Charles Michel que des "reyndersiens" , a pris la parole pour saluer la manière dont Didier Reynders s'était comporté durant les négociations, mettant de côté sa propre personne et son avenir personnel pour défendre la voix du MR face aux trois partenaires flamands. Une telle symbiose n'a pas toujours été la norme chez les réformateurs…