Lundi, le parlement wallon s'est penché sur la mesure, traduite en une proposition de décret défendue par le député Ecolo Laurent Heyvaert et cosignée par des députés des deux autres partis de la majorité. Concrètement, en modifiant un point du Plan Climat afin de permettre le versement d'aides directes aux personnes physiques, ce texte permettra aux citoyens de bénéficier d'une prime allant jusqu'à 400 euros à l'achat d'un vélo (classique, électrique, cargo ou pliable, neuf ou d'occasion) pour les trajets domicile-travail.

"L'objectif est mettre en place un dispositif de primes à l'achat de vélo en Région wallonne. Ces primes seront orientées vers les déplacements domicile-travail, car elles s'inscrivent dans une volonté d'inciter à acquérir un vélo pour effectuer des déplacements utilitaires de manière fréquente", explique Laurent Heyvaert.

"Il s'agit aussi d'une plus-value pour la diminution de la pollution et l'augmentation de la qualité de l'air en Wallonie. Toutes les mesures visant à augmenter la part modale du vélo s'inscrivent dans la stratégie climatique dans laquelle s'est engagée la Wallonie", rappelle par ailleurs le député Ecolo.

En juin dernier, le gouvernement wallon avait lui-même lancé cette idée de prime vélo s'élevant de 100 à 400 euros. Mais le Conseil d'Etat, auquel l'arrêté du gouvernement porté par le ministre Henry avait été soumis, s'était montré particulièrement critique, estimant notamment que la prime ne disposait pas du fondement juridique nécessaire puisqu'entre autres textes, le Plan Climat ne prévoit pas la possibilité d'aides directes aux personnes physiques.

La proposition de décret déposée par la majorité permet désormais de contourner cet écueil. Elle devrait être approuvée mercredi en séance plénière, ouvrant définitivement la voie à la prime vélo wallonne.