Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR), a dénoncé lundi l'absence de "concertation" du gouvernement wallon -composé des mêmes partis que celui de la FWB- dans son projet de pérenniser le mécanisme des Aides à la promotion de l'emploi (APE).

"Je ne peux cacher ma surprise et mon étonnement car, si j'avais connaissance depuis quelques semaines d'avancées sur ce projet, la ministre de l'Emploi (la socialiste Christie Morreale, ndlr) en charge de ce dossier ne m'en a jamais informé officiellement", a déploré M. Jeholet en commission du Parlement.

Selon lui, voilà près d'un an pourtant qu'il tentait d'en savoir plus auprès de sa collègue sur les intentions du gouvernement wallon en matière d'emplois APE, auxquels la Fédération recourt massivement, notamment dans le secteur de l'enseignement, des crèches, de la jeunesse, des sports, etc.

"Mais tous les courriers que je lui ai adressés sont restés lettre morte! ", a fustigé M. Jeholet, interrogé en commission par le député Pierre-Yves Lux (Ecolo).

Visiblement courroucé, le ministre-président de la FWB a annoncé lundi sa volonté de saisir son homologue wallon (Elio Di Rupo, ndlr) "afin d'obtenir les informations précises et complètes sur le projet".

Et d'ajouter: "Je solliciterai aussi une concertation urgente tant avec mon gouvernement qu'avec les partenaires sociaux du non-marchand afin d'en mesurer les effets".

En fin de législature passée, alors ministre wallon de l'Emploi, M. Jeholet avait lui-même tenté de faire passer une réforme décriée des emplois APE, finalement enterrée suite à la chute de la majorité MR-cdH quelques mois avant les élections.

Selon ses dires, il avait à l'époque transmis "intégralement" son projet au gouvernement de la Fédération, auquel il avait aussi proposé -en vain- une concertation.

L'avant-projet de décret présenté jeudi par le gouvernement wallon vise à pérenniser plus de 65.000 emplois APE et à en créer de nouveaux.

Les fonds publics afférents, soit un milliard d'euros à charge de la Région wallonne, seraient intégralement maintenus.