Les ministres bruxellois en charge des exécutifs de la Région-capitale, de la Commission Communautaire Commune (COCOM), de la Commission Communautaire Française (COCOF) et de la Commission Communautaire Flamande (CCF) ont décidé de créer un fonds spécial «COVID-19» de 29 millions d'euros.

Celui-ci permettra notamment de maintenir les subventions structurelles pour l'ensemble des secteurs du social, de la Santé, de l'Aide aux personnes de la Culture et du Sport ou encore de la Cohésion afin de limiter l'impact de la crise liée à la pandémie du coronavirus, leurs activités, leurs travailleurs, mais aussi de leurs bénéficiaires.

C'est à fortiori destiné à ceux qui sont impliqués en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 et qui doivent réorganiser leurs missions avec un minimum d'équipements de protection et de communication.

Ainsi, le secteur de l'aide à domicile (2,32 millions d'euros pour 3 mois), en première ligne dans cette crise pourra accéder à du matériel supplémentaire pour l'ensemble des travailleurs chaque jour en contact avec les personnes les plus sensibles au coronavirus et pour réorganiser les tournées, notamment dans un contexte de manque de personnel.

Dans la ligne de mire du fonds également, le secteur des maisons de repos et maisons de repos et de soins (3,95 millions d'euros pour 3 mois), au coeur de la crise. En raison des mesures sanitaires et organisationnelles extrêmement strictes, les coûts supplémentaires liés à la crise sont très importants. Ils concernent, outre l'achat de matériels supplémentaires, les aménagements des locaux liés aux mesures de protection et aux confinements de résidents Covid+; des charges salariales supplémentaires; le personnel à temps partiel augmentant son temps de travail; le recours à des intérimaires.

Le secteur de l'Action sociale se verra attribuer 4,97 millions d'euros pour 3 mois.

Pour les migrants en transit la capacité d'accueil de jour comme de nuit sera augmentée de 120 places dans un hôtel avec fourniture de deux repas par jour. L'accueil à la Porte d'Ulysse sera porté à 325 personnes, désormais de jour comme de nuit avec distribution de nourriture assurée sur place.

Pour les sans-abri, des produits et matériel de protection seront fournis à l'ensemble des opérateurs. Un lieu centralisé sera mobilisé pour y organiser douches et sanitaires.

Les centres de jour seront renforcés, tout comme les maisons d'accueil qui resteront ouvertes 24h/24), les maraudes, le New Samusocial, et les centres d'accueil d'urgence.

En collaboration avec les 19 communes bruxelloises, 400 places supplémentaires d'accueil de nuit seront créées pour permettre notamment de pallier la diminution de capacité de certains centres vu les aménagements en vue de la séparation des suspects/contaminés). Plus de 300 places d'accueil pour personnes sans-abri diagnostiquées covid-19 seront aussi mises à disposition.

Un service mobile d'intervention incluant du personnel médical assurera le transport sécurisé vers l'hôpital ou les places d'accueil décrites ci-dessus.

Par ailleurs, en cas de saturation du réseau des maisons d'accueil ou des refuges pour femmes victimes de violence, cinquante places seront ouvertes dans un hôtel.

Les secteurs des aides aux personnes handicapées (2,86 millions d'euros) et des entreprises de travail adapté (1,6 million) ne sont pas oubliés dans cette batterie non exhaustive de mesures annoncées.

Les ouvriers et employés de celles-ci ont accès au chômage temporaire pour cause de force majeure (chômage 'COVID-19'); la subvention accordée aux ETA est maintenue, quel que soit le nombre de travailleurs handicapés en activité; la subvention journalière pour indemnité de chômage passe de 2 à 4 €; ...

La Commission Communautaire française maintiendra les subventions facultatives pour les événements, projets et/ou activités devant avoir lieu dans la période du 1er mars au 30 avril 2020 et ayant été reportés. Il y aura une possibilité de demander une subvention complémentaire en cas de surcoût lié au report. Les subventions pourront être utilisées pour liquider les factures déjà engagées pour les événements, projets ou activités ayant été annulés.