Les conseillers des différents partis (MR, Open Vld, CD&V, cdH, sp.a et N-VA) devaient se retrouver vendredi soir, après une réunion similaire jeudi. Les présidents des trois partis gouvernementaux, Georges-Louis Bouchez (MR), Egbert Lachaert (Open Vld) et Joachim Coens (CD&V) tentent depuis plusieurs semaines d'organiser une réunion plénière avec leurs trois autres collègues, Maxime Prévot, Conner Rousseau et Bart De Wever. D'ici le 21 juillet, ils veulent leur présenter une note de base à une négociation qui serait ensuite transmise aux autres partis en vue de les associer le cas échéant aux discussions, selon les propos de M. Bouchez vendredi matin.

Le dégel du PS à l'égard de la N-VA semble avoir bouleversé la donne. La presse flamande faisait état vendredi soir de concertations discrètes entre les formations socialistes et le parti nationaliste. Les présidents des trois partis gouvernementaux n'auraient d'ailleurs pas reçu les contributions attendues du sp.a et de la N-VA à l'Arizona, ce qui aurait provoqué l'annulation de la réunion des sherpas.

Les déclarations du président du PS, Paul Magnette, à propos de la N-VA ont été diversement appréciées par les trois partis gouvernementaux. M. Coens a jugé la sortie "intéressante" alors que vice-Premier ministre Open Vld, Alexander De Croo, se montrait beaucoup moins enthousiaste. "On ne va pas recommencer à zéro", a-t-il déclaré jeudi.

M. Magnette a rappelé que son parti n'était pas là pour poursuivre la politique de la coalition suédoise (libéraux, CD&V, N-VA, rompue en décembre 2018). Et il y a quelques mois, les socialistes ne cachaient pas qu'en cas de discussion avec la N-VA, il y avait à leurs yeux un parti de droite en trop... l'Open Vld.