Politique belge Il est 18h30, jeudi, lorsqu’il monte à la tribune de la Chambre. Il est censé dire si son gouvernement et lui soutiendront le Pacte migratoire de l’Onu lors du sommet de Marrakech, ces 10 et 11 décembre, puis à l’assemblée générale des Nations unies quelques jours plus tard. Mais après une déclaration d’une dizaine de minutes, sa position est tout sauf claire. Les chefs des groupes de l’opposition s’échangent un rapide coup d’oeil. Ils sont médusés. Le socialiste Ahmed Laaouej demande alors une suspension de séance. “Dix minutes, pas plus”, promet-il. Elle durera une bonne heure…Mais c’est durant ce laps de temps, après une série d’allées et venues dans les couloirs du Parlement, que l’isolement de la N-VA sera définitivement scellé sur la question du Pacte onusien. Que s'est-il passé? (...)