Côté francophone, des contacts politiques ont eu lieu entre tous les présidents de partis. La question est de savoir comment les francophones comptent s'organiser lors des contacts qu'ils auront dans les prochains jours avec l'informateur que le Roi pourrait désigner dès ce mardi.

La campagne électorale a laissé des traces. Les positions prises par le MR durant la campagne n'ont pas toujours été du goût des autres partis. Dès lors, certains pensent qu'un axe PS-cdH pourrait rapidement se constituer et s'ouvrir ensuite à un troisième partenaire. Pour des raisons de stratégie, malgré les tensions, il pourrait tout de même s'agir du MR. On irait donc vers des tripartites traditionnelles (PS-cdH-MR) à tous les niveaux de pouvoir.

D'autres, au contraire, poussent le cdH a profiter de la position de pivot ou d'influence qui est désormais la sienne. A la Région wallonne, en effet, une majorité MR-cdH est possible (38 sièges sur 75). Cela ôterait aux humanistes cette image d'un parti éternellement scotché au PS.

Mais bon. Même s'ils alimentent déjà bon nombre de conversations en interne, ces positionnements sont évidemment prématurés. La volonté des présidents de partis est de tout faire pour éviter de replonger le pays dans une crise de 541 jours. Mais il faudra aussi donner du temps au temps. Et éviter de donner le sentiment, à l'informateur, que du côté francophone, les jeux sont déjà faits.