La Belgique va-t-elle une nouvelle fois resserrer la vis ? Une possible fermeture des écoles et des centres commerciaux a été évoquée ce jeudi 18 mars. Alexander De Croo a d'ailleurs convoqué un Comité de concertation par visioconférence ce vendredi. "Nous devons agir maintenant", a estimé le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), sur le plateau de VTM. C'est dans ce climat électrique qu'ont débuté les débats à la Chambre, ce jeudi après-midi.

"Les chiffres Covid évoluent dans un sens négatif, ce qui doit nous inciter à de la prudence", a entamé Servais verherstraeten (CD&V). "Les règles convenues lors du précédent Comité de concertation et les perspectives doivent être maintenues. Par contre, je ne comprends pas que certains continuent à faire pression pour la réouverture des terrasses prochainement." Si la situation inquiète, un autre point soulève certaines incertitudes au sein de l'hémicycle: le passeport vaccinal européen. "Nous souhaitons tous profiter de vacances d'été. Les idées concernant le passeport de vaccination nous inquiètent, notamment par rapport à la vie privée et par rapport à la discrimination. Nous ne voulons pas de discrimination sur une base sanitaire."

© BELGA

Du côté du MR, si l'on reconnaît que la situation est "difficile", on préfère se montrer optimiste. "Nous pouvons nous pencher sur les possibilités que nous aurons demain en prenant compte les efforts que nous aurons faits de pouvoir circuler plus librement", Kattrin Jadin (MR).

Le Premier ministre, Alexander De Croo (Open Vld), a tenu à souligner que l'objectif était avant tout de permettre la libre circulation au sein de l'UE pour cet été. "C'est pourquoi nous sommes satisfaits de la proposition européenne quant au certificat vert", a répondu Alexander De Croo (Open Vld). "(...) Il y a plusieurs dimensions que nous devons examiner. Tout d'abord, le respect de la vie privée, qui constitue pour nous une priorité absolue: il y a beaucoup de questions et il faut apporter des garanties. Il faut également vérifier si d'un point de vue scientifique, la proposition est assez fiable. Il faut voir aussi comment ce certificat pourra être utilisé concrètement. (...) Il est souhaitable que l'UE parvienne à établir un seul système pour l'ensemble des Etats membres. Enfin, nous voulons à tout prix nous assurer qu'il n'y aura aucune discrimination pour les voyages."

Le lieu de travail, une source d'inquiétude

La situation épidémiologique a également été abordée par les socialistes flamands."Plusieurs Etats membres européens souffrent et voient leurs chiffres Covid augmenter", a averti Anja Vanrobaeys (sp.a). Selon cette dernière, on voit actuellement "ce qui se passe quand on ne tient pas bon". "Or tous les employeurs ne sont pas solidaires: ils insistent pour que le personnel ne fasse pas de télétravail. Trop peu d'entreprises ont élaboré une politique de télétravail. (...) Un simple avertissement n'est plus suffisant, il faut s'assurer que les règles soient respectées", a regretté la députée.

Ergbert Lachaert (Open Vld) a également estimé que la situation était préoccupante. "Ce n'est pas réaliste de demander des assouplissements", a-t-il ajouté à destination de la N-VA. "Les chiffres montent et on voit deux grandes sources de contaminations: les écoles et le lieu de travail. Le risque de perdre les perspectives données par le précédent Codeco pourrait être un véritable coup dur", a estimé le président des libéraux flamands.

"Je voudrais vous remercier d'avoir maintenu la vaccination AstraZeneca", a commencé François De Smet (DéFi). ll a ensuite appelé à appuyer sur l'accélérateur dans la campagne de vaccination, au vu de l'évolution de la situation épidémiologique actuelle. "Nous sommes peut-être au début de la troisième vague, nous avons tenté de l'éviter de la ralentir mais elle est là", a-t-il conclu.

Pour le MR, il n'y a pas que la campagne de vaccination qui doit être davantage développée. "Nous continuons de voir que nos capacités de testing restent sous-utilisées alors que les hôpitaux sont en train de se remplir", a lancé Caroline Taquin (MR).

"On a l'impression que l'histoire se répète et c'est terrible parce que le chemin semble encore long. Les mesures qui seraient prises demain doivent tenir compte de ce qui se passe dans nos hôpitaux, mais également de la santé mentale des Belges et de la situation économique de certains", a demandé Patrick Prévot (PS).

© BELGA

Pas de Codeco anticipé ? 

"Ce que nous voyons aujourd'hui correspond aux modèles que les experts nous ont présentés il y a quelques semaines", a rappelé Alexander De Croo. "Ce que nous voyons toutefois, c'est que l'augmentation des hospitalisations vient un peu plus tôt que ce qui était prévu dans ces scénarios."

Le Premier ministre a confirmé que la situation était suivie de très près actuellement. "La circulation du virus est très importante. Un point nous inquiète tout particulièrement, c'est que la forte augmentation des contaminations se constate surtout chez les jeunes. Mais leurs parents se retrouvent également logiquement touchés. C'est clair que cela nous préoccupe. Les hôpitaux sont passés en phase 1B, c'est-à-dire qu'ils se préparent à accueillir davantage de patients. Nous voyons en regardant les chiffres de Sciensano que les clusters se trouvent dans les écoles et sur les lieux de travail. (...) Nous prendrons des mesures pour les travailleurs qui ne peuvent pas faire du télétravail, avec l'utilisation de tests rapides. La discussion sur les perspectives n'est pas d'actualité. Nous devons être très prudents, nous devons porter le message que le situation est délicate. Les règles que nous avons aujourd'hui sont les bonnes, il faut continuer à les respecter." Le libéral flamand a confirmé que les experts étaient actuellement en train d'examiner les chiffres, afin de conseiller le gouvernement quant à la marche à suivre. 

"Tous ensemble, nous allons devoir tout utiliser pour veiller à ce que les écoles puissent être ouvertes à la date du 19 avril et pour que les cafés puissent rouvrir au 1er mai", a ajouté Frank Vandenbroucke, insistant sur le fait que le testing allait être renforcé. 

© BELGA