Le mouvement citoyen "Wallonie insoumise" a réuni sa convention collective dimanche à Namur afin de se constituer en mouvement politique, a indiqué le comité du mouvement. Créé l'an passé, le mouvement se dit notamment en faveur d'une Wallonie souveraine et laïque. 

Il souligne par ailleurs "l'urgence écologique" et souhaite maîtriser la finance bancaire, rompre avec l'austérité et susciter l'éco-relance. Créé dans le sillage de la campagne française de Jean-Luc Mélenchon lancée par "la France insoumise", le mouvement wallon s'est formé par un ensemble de citoyens, animés par le désir d'un avenir commun et avec pour objectif ultime de permettre au peuple wallon d'exercer sa pleine souveraineté.

"L'ensemble des pouvoirs de décision doit être dans les mains des Wallons qui doivent être seuls maîtres de leur destin", a indiqué le fondateur du mouvement wallon.

L'objectif de la journée organisée à Namur était de franchir un pas supplémentaire dans la construction et le développement de "Wallonie insoumise", mais surtout de se constituer en mouvement politique. Celui-ci prône avant tout la souveraineté wallonne avec la nécessité d'une nouvelle réforme de l'État à accorder aux trois Régions. Objectif: permettre à la Wallonie d'être notamment un Etat, disposant de la totalité des compétences qu'elle peut exercer sur son territoire ou encore de disposer des instruments fiscaux lui permettant de mener la politique macroéconomique appropriée.

Le mouvement se dit également laïque, en faveur d'une démocratie radicale, d'un programme axé sur l'intérêt du peuple et non sur l'argent, d'une révolution fiscale, de l'éco-relance et de la nécessité de penser la politique autour de l'urgence écologique.

Le mouvement compte des assemblées provinciales dans chaque province wallonne. Son premier souhait est de participer aux prochaines élections.