A la fin de l'année dernière, le gouvernement flamand avait déjà augmenté de 300 millions à 1 milliard d'euros le budget initialement prévu pour 2021 dans le cadre des mesures de lutte contre la crise liée à la pandémie. Il est à présent clair que cette provision revue à la hausse ne suffira pas non plus. Le gouvernement a déjà prévu des mesures pour un montant de 914 millions d'euros. Certaines de ces mesures seront maintenues jusqu'en avril, d'autres jusqu'à l'été.

Le gouvernement Jambon a ainsi déjà engagé 131 millions d'euros pour la vaccination dans les maisons de repos et les centres de vaccination. Le dispositif de protection flamand coûte environ 100 millions d'euros par mois et la prolongation du contrat pour le tracing coûte 48 millions d'euros. Par ailleurs, 108 millions d'euros ont été réservés à la "prime à la globalisation" qui permet aux entreprises qui sont quasi à l'arrêt de recevoir 10% de leur chiffre d'affaires. Une éventuelle augmentation à 15% n'a même pas été incluse dans les tableaux.

"Donc, rien qu'avec les mesures approuvées, nous sommes déjà proches du milliard, et vous pouvez compter sur le fait qu'il y aura de nouveaux dossiers", a déclaré M. Diependaele.

La Flandre s'attendait initialement à un déficit budgétaire total de 3,5 milliards d'euros en 2021. Mais fin janvier, le Conseil économique et social de Flandre (SERV) a calculé qu'il fallait compter sur au moins 4,1 milliards d'euros. Il est probable que ce chiffre augmente encore.

Le ministre Diependaele a enfin ouvertement laissé entendre qu'il n'y aurait pas de bois de rallonge à l'infini. "J'entends presque une fois sur deux chaque matin à la radio une demande de moyens supplémentaires et je le comprends très bien... mais à un moment donné, nous devons aussi être capables de nous regarder droit dans les yeux et de dire qu'il n'y a plus d'argent", a-t-il conclu.