Le cdH est prêt à souscrire à la proposition des présidents socialistes d'un gouvernement tripartite classique même s'il est minoritaire. A ses yeux, ce "scénario constructif" offre une amélioration par rapport à la situation actuelle, où la coalition gouvernementale ne repose que sur 38 des 150 sièges de la Chambre, et ouvre la perspective d'une sortie de crise. "Soyons clairs: dans 10 jours c'est la fin des pouvoirs spéciaux. La fin aussi du super kern et d'un appui large à l'actuel gouvernement. Et ce alors même que notre pays a besoin d'un plan de relance fort et rapide! Les faillites en masse s'annoncent et hélas les pertes d'emploi aussi. Le statut quo n'est plus possible", a souligné le président Maxime Prévot.

Le président des centristes francophones n'a pas encore reçu le rapport de Paul Magnette et Conner Rousseau. Il se montre toutefois ouvert à leur proposition.

"L'option qui semble être esquissée par les présidents socialistes dans leur rapport -que nous n'avons pas reçu jusqu'à présent- a le mérite d'élargir l'assise gouvernementale et le soutien parlementaire à une période critique pour notre pays et son économie. C'est en tout état de cause mieux que la situation actuelle (ultra minorité de 38 sièges) même si elle n'offre pas encore à ce stade de majorité nette", a-t-il ajouté.

"Je pense qu'il peut s'agir d'un scénario constructif d'élargissement de la majorité par étape d'ici septembre. Si pareille démarche devait prendre forme dans les jours qui viennent au vu de l'urgence d'action, le cdH pourrait y souscrire et s'impliquer avec la force de ses idées car il est plus que temps d'offrir à la Belgique une perspective positive de sortie de crise", a-t-il conclu.