En s'appuyant sur le rapport de la Cour des Comptes, ces derniers estiment la sous-évaluation du déficit wallon à quelque 90 millions d'euros pour le budget courant. "Jean-Luc Crucke, c'est un peu le Houdini régional. Il fait disparaître certaines dépenses pour rendre le budget plus beau. Et au final, on se retrouve avec des chiffres trompeurs", a ainsi pointé le chef de groupe du cdH au parlement wallon, François Desquesnes.

Selon ce dernier, la Région a notamment surestimé de 40 millions d'euros ses prévisions en matière de taxe de circulation et de 18,8 millions les recettes prises en compte pour la définition de l'objectif SEC de la Sofico. Les humanistes s'inquiètent également d'une "erreur" de 26 millions dans le budget des allocations familiales, au sujet de laquelle ils ont demandé des explications complémentaires à la ministre wallonne en charge du dossier, Valérie De Bue (MR).

"Je partage le constat de la cour des comptes mais il ne remet nullement en question le paiement des allocations familiales. Dire le contraire et faire peur aux familles, cela relève de l'indécence", s'est défendue la ministre.

Le cabinet du ministre Crucke (MR) rappelle quant à lui que le niveau du budget des allocations familiales tient compte d'une marge d'erreur de l'ordre de 50 millions d'euros et que ces dernières années, "l'AVIQ a continuellement connu des résultats SEC beaucoup plus favorables que ceux qui avaient été anticipés au budget". "Il n'y a donc aucun risque pour les familles", ajoute-t-il.

Des arguments qui n'ont pas convaincu le cdH. "Le gouvernement reconnaît des erreurs. Nous avons demandé qu'elles soient corrigées mais nous n'avons pas obtenu de réponse. Jeudi, ce sera donc un budget, erreurs comprises, qui sera soumis au vote du parlement, sauf si des amendements sont déposés d'ici là", a déploré François Desquesnes.

Dans les rangs de l'opposition toujours, le PTB dénonce, lui, un budget 2021 "qui n'est pas à la hauteur de la crise que nous traversons". "Il y a des restructurations et des plans de licenciements en masse dans toute la Wallonie. Quelle est la réponse du gouvernement là-dessus? ", a souligné Germain Mugemangango, le chef de groupe de l'extrême gauche au parlement régional.

"Le plan de relance de la Wallonie est trop lent. On doit agir maintenant, en investissant dans des secteurs publics et non en donnant des cadeaux aux multinationales", a-t-il ajouté en appelant enfin la Région "à investir dans des secteurs clés comme l'énergie ou le digital en créant des structures publiques qui répondent aux besoins de la population et seront sources d'emplois décents et stables."