La seconde réunion (physique, cette fois) prévue en soirée a été annulée car il n'y a pas d'éléments nouveaux à discuter, a-t-on appris de l'entourage du président de parti Joachim Coens.

Après une réunion virtuelle lundi matin, on s'attendait à une discussion plus décisive en soirée, au lendemain d'une rencontre à 7 présidences de parti réunies par le chargé de mission royale Egbert Lachaert 

La participation du CD&V à la réunion organisée dimanche par le chargé de mission royal Egbert Lachaert n'implique pas encore la participation des chrétiens-démocrates flamands à une coalition fédérale "Vivaldi", a fait comprendre lundi le président du parti, Joachim Coens, à l'issue d'un Bureau politique.

Le président de l'Open Vld a réuni dimanche soir ses homologues libéraux, socialistes, écologistes et du CD&V. Il s'agissait d'une "réunion informative", selon M. Coens, et non d'une réunion marquant le début de négociations. "Ce n'aurait pas été correct de ne pas aller écouter un état des lieux", a-t-il souligné, interrogé par VTM. Les invités de la réunion ont d'ailleurs été choisis par M. Lachaert.

Le président des démocrates-chrétiens a fait rapport lundi à son Bureau politique des informations qu'il a reçues dimanche soir. "Il y a beaucoup de préoccupations qui ont été exprimées sur le contenu mais surtout sur la teneur de la réunion. Comment va se dérouler la collaboration entre le niveau fédéral et le niveau flamand? Comment allons-nous faire rayonner le positivisme?" a-t-il dit.

Le CD&V attache une importance particulière aux dossiers éthiques et à la réforme de l'Etat. "La confiance est une chose très importante. Je pense que nous devrons encore continuer à en parler pour que les choses soient mieux définies", a expliqué le président.

Samedi, l'ex-Premier ministre Yves Leterme a plaidé pour que le CD&V reçoive le poste de Premier ministre. M. Coens n'a pas voulu s'avancer sur cette question.