Le CD&V veut inscrire le dossier de l'avortement à l'agenda de la formation d'un gouvernement fédéral, a expliqué jeudi son président, Joachim Coens, en marge de la séance plénière de la Chambre à laquelle il a assisté depuis la tribune du public.

Si ce n'était pas le cas, il juge inutile de poursuivre les discussions qu'il mène actuellement avec ses homologues de l'Open Vld et du MR. "C'est important pour nous. On parle d'une vie qui n'est pas encore née et de la protection de la femme car les balises pénales disparaissent si quelque chose ne se passe pas comme il faut. On doit savoir que pour nous c'est un dossier crucial", a-t-il expliqué.

"Je veux savoir si ce dossier peut être l'objet des discussions, sinon, nous ne continuerons pas", a-t-il ajouté.

Si ce n'était pas le cas, M. Coens et ses homologues libéraux, Egbert Lachaert et Georges-Louis Bouchez "ne formeront plus un trio", a-t-il averti.