Depuis le départ fracassant de Damien Thiéry - bourgmestre non nommé de Linkebeek - pour le MR, le FDF ne dispose plus que d’un seul bourgmestre dans les six communes à facilités de la périphérie bruxelloise : il s’agit de Véronique Caprasse, également députée fédérale aux côtés d’Olivier Maingain, qui dirige le collège de Crainhem, localité située à l’est de la capitale.

Mais le parti amarante va perdre son dernier mayorat en périphérie. Selon un accord datant de 2012, le CDH, pourtant plus faible parti de la coalition locale (FDF-MR-CDH-PS-Ecolo), va récupérer le mayorat. L’opération doit être finalisée à la fin de l’année pour une entrée en fonction au mois de janvier prochain. Le CDH ne disposant pas d’échevin au collège échevinal, c’est une conseillère communale humaniste qui doit s’emparer du poste de bourgmestre. Il s’agit en l’occurrence de Dorothée Terlinden-Cardon de Lichtbuer.

Pour comprendre l’accord, il faut remonter aux âpres discussions de 2012 entre les partis francophones en vue de déposer une liste unique au scrutin communal. Des tensions apparues entre le FDF d’une part et le CDH et le MR de l’autre avaient failli faire capoter l’idée.

Le MR perd une échevine

Les forces en présence avaient fini par se rabibocher mais à la condition que les six ans du mandat mayoral soient partagés entre le FDF et le CDH. Ce sera donc bientôt chose faite. "C’est naturellement un coup au cœur car j’ai lancé de nombreux projets, confesse Véronique Caprasse. Mais un accord est un accord. Je suis loin de quitter la politique puisque je resterai députée et première échevine." La bourgmestre sortante regrette évidemment la perte de représentativité de son parti en périphérie et rappelle que le FDF demeure le premier de sa commune avec 28 % des votes. Olivier Maingain confirme. "Il y avait à l’époque un risque de dispersion des forces politiques à Crainhem, nous avons choisi un geste d’entente afin de préserver l’unité francophone. C’est une des marques de fabrique des FDF, nous faisons passer l’unité francophone avant les intérêts partisans." Le président amarante compte naturellement sur le prochain scrutin communal pour que son parti retrouve un ou des postes de bourgmestre dans la périphérie bruxelloise.

Pour rappel, dans les six communes à facilités, c’est le conseil communal qui doit proposer un bourgmestre avant une nomination par la Région flamande. L’acte de présentation de 2012 mentionne bien le partage du mandat mais Madame Cardon devra passer devant le gouvernement flamand pour être nommée.

Par ailleurs, le jeu des vases communicants fait perdre au MR un poste d’échevin. Madame Françoise Devleeschouwer devra en effet quitter le collège pour y faire entrer la nouvelle bourgmestre. Le CDH dispose déjà d’un bourgmestre en périphérie, en la personne de Pierre Rolin, à Rhode-Saint-Genèse.