Le Conseil des ministres a approuvé samedi le projet de memorandum d'entente ("Memorandum of Understanding", MoU) concernant l'organisation, l'administration et le financement de l'école internationale (EIS) du grand quartier général des forces alliées en Europe (SHAPE) à Casteau, près de Mons, a annoncé le gouvernement.

La Belgique prenait, depuis la création de cette école, dans les années 1960, trois pour cent des coûts communs à sa charge, car elle en a financé la construction. Mais le SHAPE a lancé en 2014 un projet de texte de MOU concernant notamment le financement des coûts communs dans lequel, à la demande de toutes les autres nations, la clause favorable à la Belgique n'est plus reprise. Ceci se justifie par le fait que chaque nation disposant d'une section nationale au sein de l'EIS finance maintenant elle-même ses nouveaux bâtiments et que les plus grandes nations (Etats-Unis, Royaume-Uni et Allemagne) organisent leur propres classes maternelles, a expliqué le gouvernement dans un communiqué. 

Avec le nouveau MoU, toutes les nations contribueront proportionnellement au nombre d'enfants de leur nationalité inscrit à l'EIS. Avec environ 490 élèves belges inscrits en maternelle, primaire et secondaire en 2019, la population scolaire belge s'élève actuellement à 21,86%. La version finale du projet de MoU spécifie toutefois que la Belgique maintiendra la clause forfaitaire de 3% jusqu'au moment où les nouveaux bâtiments de la section belge seront reconstruits (planifié pour 2024-2025). 

Un MoU datant de 1976 a octroyé une position favorable à la Belgique, qui contribue au financement des coûts communs de l'EIS sur une base forfaitaire de 3% alors que toutes les autres nations participantes se partagent le solde proportionnellement au nombre d'enfants de leur nation inscrit à l'EIS. Ce régime est octroyé parce que la Belgique a financé en 1966-1967 de l'ordre de 75% la construction des bâtiments scolaires et prend à sa charge les salaires des éducateurs de l'école maternelle commune à tous.