Le gouvernement a entamé, en entendant les trois candidats, la procédure visant à désigner rapidement un nouveau "patron" de l'armée pour succéder au général Marc Compernol, qui partira irrévocablement à la retraite le mois prochain, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

"La procédure est en cours", a laconiquement indiqué à l'agence Belga le cabinet du ministre de la Défense, Philippe Goffin (MR), chargé de faire une recommandation à ses collègues du gouvernement fédéral.

Les trois seuls candidats déclarés au poste de chef de la Défense (CHOD) - les lieutenants-généraux ("trois étoiles") Claude Vande Voorde et Jan Hennes ainsi que le vice-amiral Michel Hofman - ont été auditionnés vendredi par le comité ministériel restreint ("kern") pour présenter leur dossier, a-t-on appris de très bonnes sources.

Le général ("quatre étoiles") Compernol, 63 ans, fera ses adieux aux armes le 12 juillet prochain, à l'expiration de son mandat de quatre ans à la tête de la Défense, après une carrière militaire de 45 ans qui l'a vu gravir tout les échelons de la hiérarchie des forces armées. Il a annoncé la semaine dernière son départ irrévocable, en refusant de jouer les prolongations. Son "dernier jour de travail" est fixé au vendredi 10 juillet.

Trois candidats, tous "trois étoiles", se sont manifestés pour lui succéder.

Et le gouvernement se doit de désigner un nouveau Chod, même en affaires courantes, pour couvrir les responsabilités qui lui incombent (comme les opérations dans lesquelles l'armée belge est engagée), estime-t-on au cabinet de M. Goffin.

Le général Vande Voorde, un pilote de chasse de formation, commande depuis trois ans le Service général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS, le service de renseignement militaire), après avoir été chef de cabinet du ministre de la Défense - à l'époque Steven Vandeput (N-VA) - et a commandé la composante Air.

Le lieutenant-général d'aviation Jan Hennes, un ingénieur qui, s'il n'est pas désigné, partira à la retraite le 1er janvier prochain, dirige depuis le 31 mars 2017 la Direction générale des Ressources humaines (DG-HR), qui s'occupe de la gestion du personnel de la Défense. Il est l'un des membres de l'"équipe de transition" mise sur pied en septembre dernier pour faire face aux multiples défis qui attendent la Défense dans les prochaines années en terme de personnel, de matériel et d'infrastructures. Ce groupe de travail, placé sous la houlette du général-major Marc Thys, a pris de premières décisions et d'autres sont attendues prochainement, selon des sources informées.

L'amiral Hofman, le seul francophone du trio, est un ancien commandant de la Marine. Il est quant à lui depuis juin 2017 vice-chef de la Défense (vice-Chod), ce qui en fait le "numéro deux" officiel des forces armées. Il a vu ses compétences accrues l'année suivante.

Le "kern", qui rassemble les principaux ministres, doit désormais se forger une opinion sur ces trois candidatures, pour une décision attendue, peut-être déjà ce vendredi.

Le nouveau Chod disposera, comme ses prédécesseurs d'un mandat de quatre ans, quitte à dépasser l'âge normal du départ à la retraite pour un général "quatre étoiles".

La VRT a fait état mercredi dernier d'un "sondage" informel réalisé au sein du petit cercle des généraux et qui faisait ressortir un nom: celui du général Thys. Et particulièrement parmi les plus jeunes d'entre eux.