La limitation à 100 km/h de la vitesse autorisée sur le ring de Bruxelles en est la mesure phare.

Le gouvernement flamand est, lundi, parvenu à dégager un accord sur son plan Énergie-Climat portant sur la période 2021-2030. Un accord que l’on attendait pour vendredi passé. Un accord peu ambitieux, de l’avis de nombreux observateurs, et qui a fait réagir l’opposition. Un accord dont le point le plus spectaculaire consiste à limiter la vitesse maximale sur le ring de Bruxelles à 100 km/h contre 120 actuellement.

Révision à la baisse

Ce que l’on retiendra aussi, c’est que l’objectif visant à réduire les émissions de CO2 de 35 % à l’horizon 2030 a été revu à la baisse. La Flandre misera sur une réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 32,6 %.

"Ambitieux, tenable et abordable", a commenté la ministre flamande de l’Environnement, Zuhal Demir (N-VA).

Ce n’est pas du tout l’avis du SP.A. et de Groen. La révision à la baisse, même temporaire, de l’objectif de réduction des émissions de CO2 déplaît au député Bruno Tobback (SP.A.) pour qui, même s’il est réduit à 32,6 %, l’ambition flamande ne pourra être atteinte grâce aux mesures annoncées lundi. Pour qui, également, "la limitation de la vitesse à 100 km/h sur le ring de Bruxelles est absurde et irréaliste". L’élu socialiste ne croit pas davantage aux prêts à taux 0 proposés pour les nouveaux propriétaires qui rénoveraient leur bien.

La présidente de Groen, Meyrem Almaci, a parlé d’une "ambition insoutenablement basse". Le chef de groupe écologiste au Parlement flamand, Björn Rzoska a, lui, évoqué un plan "entièrement insuffisant", rappelant au passage les objectifs plus ambitieux décidés par les Régions bruxelloise et wallonne. À ses yeux, le gouvernement flamand ne prend tout simplement pas ses responsabilités.

Pourtant, le ministre-Président du gouvernement flamand, Jan Jambon (N-VA), l’a assuré : grâce à des innovations mais aussi de nouvelles mesures européennes et fédérales mais encore aux gains de l’économie circulaire, il n’est pas exclu qu’on en arrive quand même à une diminution des émissions de CO2 de 35 % dans les dix prochaines années. Un vœu pieux, selon divers experts.

Des 350 mesures contenues dans le plan, on ne connaît qu’une toute petite partie : il s’agirait, comme dit plus haut, de ramener la vitesse maximale sur le ring de Bruxelles à 100 km/h ; de réduire les émissions de CO2 du secteur agricole de 25 % d’ici 2030 ; d’encourager les propriétaires à rénover (on parle de prêts à 0 % jusqu’à 30 000 euros) leur maison (mais ils n’y seront pas obligés).

Dans la foulée de cette présentation, qui précède la remise par la Belgique à la Commission européenne, d’ici la fin de l’année, du plan national Énergie-Climat, la Région bruxelloise a fait savoir qu’elle alignera la limitation de vitesse à 100 km/h sur la portion de 5,5 km du ring située sur son territoire.

Comité de concertation le 18 décembre

Enfin, la ministre fédérale de l’Environnement, Marie-Christine Marghem (MR), a salué l’adoption du plan flamand. Elle a relevé que l’ambition flamande en termes de réduction de gaz à effet de serre est "désormais inférieure à -35 %..." mais a estimé que la Belgique "va pouvoir se présenter en ordre de bataille à la COP25 à Madrid."

Pour rappel, le plan national sera examiné en comité de concertation le 18 décembre.

© IPM Graphics