Cette réforme était inscrite dans l'accord de gouvernement conclu au nord du pays. Ce vendredi, l'avant-projet de décret a été approuvé en dernière lecture par le gouvernement Jambon.

Il comprend des changements majeurs, le plus remarquable étant sans doute la suppression du vote obligatoire aux élections locales, un vieux rêve des libéraux. "On en parle depuis la formation de notre parti", a ainsi souligné le ministre flamand des Affaires intérieures, Bart Somers (Open Vld). Ce dernier s'est dit convaincu que cette mesure conduira à un "renforcement du débat". "Chaque parti devra désormais défendre la démocratie et expliquer pourquoi voter est important. Les électeurs n'iront plus voter parce qu'ils le doivent mais parce qu'ils le veulent", a-t-il estimé.

Parallèlement, l'influence des cases de tête sera supprimée, les candidats récoltant le plus de votes de préférence étant élus, quelle que soit la place qu'ils occupent sur les listes.

Changement enfin dans la désignation des bourgmestres: désormais, c'est le candidat ayant récolté le plus grand nombre de voix sur la liste la plus importante de la majorité communale qui obtiendra le maïorat.

"C'est un grand jour pour la démocratie locale. Aujourd'hui, nous concrétisons la plus importante réforme depuis des décennies", marquée par "moins de particratie mais plus de démocratie", a conclu Bart Somers.