Le gouvernement n'a pas apprécié les déclarations du Haut représentant de l'Union européenne pour la politique extérieure, Josep Borrell, à propos de la justice belge, a expliqué jeudi à la Chambre le ministre de la Justice et des Affaires européennes, Koen Geens, en réponse à une question d'Anneleen Van Bossuyt (N-VA). Il a prié la délégation belge auprès de l'UE d'"entreprendre une démarche diplomatique".

M. Borrel a critiqué lundi la façon dont les "autorités judiciaires flamandes" (sic) appliquaient les mandats d'arrêt européens. Il visait le cas de Natividad Jauregui, activiste basque accusée du meurtre d'un militaire espagnol, qui n'a toujours pas été extradée vers l'Espagne.

"Si cela dure depuis des années, on ne devrait pas être surpris que d'autres choses se produisent", a commenté M. Borrell.

Il a ajouté qu'il faudrait essayer de "ne pas revenir à l'époque où les extraditions étaient résolues par des contacts personnels entre les ministres de l'Intérieur".

"Il est clair que de telles déclarations venant d'un Haut représentant sont encore plus déplacées", a souligné M. Geens.

Avec son collègue des Affaires étrangères, Philippe Goffin, il a demandé à la délégation belge auprès de l'UE d'"exprimer la totale incompréhension" de la Belgique auprès de la Commission européenne.