Sabine Laruelle et Patrick Dewael, les "missionnaires" royaux, ont obtenu un accord politique important. 

En effet, un accord général a été dégagé afin qu'un large soutien soit accordé par le parlement en faveur du gouvernement Wilmès, actuellement en affaires courantes et minoritaire.

Cet appui des partis de l'opposition aura lieu dans le cadre strict de lutte contre le coronavirus. 

Le PS et Ecolo (et Groen) avaient annoncé ce dimanche souhaiter appuyer de l'extérieur le gouvernement fédéral actuel. Défi et le CDH avaient fait part également de leur bonne volonté politique dans le cadre de la crise actuelle. 

Mais, depuis 14 heures, une réunion des présidents du MR, de l'Open VLD, du CD&V, du SP.A et de la N-VA (à laquelle le CDH s'est joint en soirée) laissait penser que ce soutien au gouvernement Wilmès était plus largement partagé.

Même les nationalistes flamands vont soutenir le gouvernement Wilmès depuis leurs sièges d'opposition à la Chambre. Une conférence de presse a été organisée en soirée. Il en ressort que les pouvoirs spéciaux vont être octroyés au gouvernement Wilmès afin de lutter contre le virus. Grâce à ce mécanisme, le gouvernement peut décider par arrêtés royaux sans passer par le parlement. Cette extension des pouvoirs de l'exécutif ne sera valable que pour 6 mois au maximum (deux fois 3 mois).  

Le gouvernement demandera un vote de confiance au parlement (et l'obtiendra grâce à l'appui de 10 partis). 

Les négociations pour obtenir cet accord ont été très tendues ces dernières heures. Un mécanisme de représentation des partis d'opposition au sein du gouvernement Wilmès avait été imaginé.

Ce dimanche soir, ce point a longuement coincé politiquement. Entre autres, la N-VA a proposé de monter au sein du gouvernement Wilmès mais cette option n'a pas été acceptée. Les nationalistes flamands resteront dans l'opposition d'où ils offriront leur soutien. 

Plus politiquement, les discussions menées depuis le 26 mai pour la formation d'un nouveau gouvernement sont désormais suspendues pour les 6 prochains mois. Une fois la période de pouvoirs spéciaux achevée, il faudra alors réexaminer la situation politique et trouver de nouveaux alliés qui viendront s'ajouter aux partis membres du gouvernement (MR, Open VLD, CD&V). Vers quel scénario ? La Vivaldi avec les socialistes et les écologistes ? Ou une majorité avec la N-VA ? Le problème restera probablement le même...