Ce mardi soir, lors d’une séance de la commission communale pour l’aménagement du territoire (GECERO) de Merchtem, un point a été discuté sur la politique du Brabant flamand en matière de logement social et sur les possibilités de développer de nouveaux projets de logement social. C'est à ce moment que Luc Asselman s’est emporté alors que son micro était encore ouvert.

La réunion n'ayant pas été enregistrée, on ne sait pas exactement ce qui a été dit mais, selon les membres du parti Groen Merchtem, celui-ci aurait affirmé que "plus aucun sale noir ne devait débarquer à Merchtem", rapporte Het Laatste Nieuws. Selon d'autres sources citées par HLN, il s'en serait plutôt pris à la "population marginale". Le représentant de Groen a en tout cas immédiatement quitté la réunion en ligne. Tant Groen que PRO Merchtem ont exigé des sanctions, voire le départ du libéral.

"Ce que j'ai dit est moche"

Au lendemain de cette séance, Luc Asselman est revenu sur ses propos : "J’ai dit des choses que je n’aurais pas dû dire, je le regrette. J’ai réagi de manière impulsive par pure frustration suite à un incident avec des jeunes d'origines étrangères le matin même. Ce n’est pas une excuse, car ce que j’ai dit est moche, mais j’ai dit ça en pleine colère". Il reconnaît lui-même qu’il a dit "des mots qu’il n’aurait pas dû utiliser".

Il a présenté ses excuses, avant de présenter sa démission. "Pour moi, l’incident est clos", a-t-il dit.