Le collège avait mis l'ASBL en demeure le 16 avril dernier après un audit interne qui avait mis en lumière, selon la Ville, l'existence de "possibles malversations" dans l'utilisation des fonds alloués à l'association. Celle-ci avait jusqu'au 23 avril pour réagir.

Selon la Ville, la réponse de l'administrateur provisoire confirme certains constats et soupçons. C'est pourquoi la Ville a décidé de mettre fin à la collaboration.

La convention actuelle est dès lors résiliée avec effet immédiat et la reconnaissance de l'association à but non lucratif comme partenaire professionnel d'animation socio-éducative est retirée, indique la ville. Le collège a également décidé de se constituer partie civile dans le cadre de l'enquête judiciaire.

Le conseil communal se penchera à nouveau sur la question lundi soir.

Vers le contrôle d'un médecin ?

Le Bureau élargi du Parlement flamand rassemblé lundi a évoqué la possibilité d'envoyer un médecin contrôle auprès de l'élue Sihame El Kaouakibi, ouvrant le débat sur le "statut" des parlementaires.Ceux-ci ne sont en effet pas liés au Parlement par une relation employé-employeur classique. La question se pose donc de la manière adéquate de vérifier par exemple la bonne foi des malades de longue durée. Le Bureau élargi a en tout cas décidé de demander un avis juridique externe sur la question, et souhaiterait pouvoir envoyer des médecins contrôles auprès des élus qui sont en congé maladie depuis un certain temps. Il y a consensus sur l'idée d'examiner "de manière critique" le statut des élus, indique la présidente du Parlement flamand, la N-VA Liesbeth Homans. "Le Bureau souhaite aussi qu'on puisse infliger des sanctions s'il y a abus, et demande là aussi un avis juridique", ajoute-t-elle.

Plus largement, un groupe interparlementaire a été créé en février, qui doit se pencher sur le statut social des parlementaires. Il se réunira en mai pour la première fois.

Sihame El Kaouakibi fait l'actualité depuis plusieurs semaines. Elle est soupçonnée d'avoir détourné des subsides à son ASBL Let's Go Urban. Elle a quitté les rangs de l'Open Vld et siège désormais comme indépendante au Parlement flamand. Elle en est cependant absente depuis des mois, ce qui énerve certains critiques.