Le Parti populaire progresse mais ne bouscule pas le jeu

Moins bien que le PTB. À l’heure de boucler cette édition, le Parti populaire (PP) de Mischaël Modrikamen pourrait obtenir une vingtaine de conseillers communaux au total. Parmi les scores significatifs du PP, on retrouve Verviers. Le parti de droite radicale y enregistre plus de 7 % des voix et pourrait y décrocher deux sièges. À Pont-à-Celles également, le Parti populaire atteint près de 7 % et devrait obtenir un élu au conseil communal.

À Dison, le PP réalise un "gros" score avec 12,6 % et devrait obtenir 3 sièges. Au niveau provincial, le PP ne décolle pas mais la formation ne présentait pas de listes dans tous les districts électoraux, ce qui a naturellement dilué ses résultats. Bref, Mischaël Modrikamen devra encore attendre s’il espérait un "Grand Soir" électoral. À l’autre bout de l’échiquier politique, le PTB, plus structuré, alignait moins de listes communales que le PP mais devrait obtenir bien plus d’élus. Ce scrutin local montre le décalage entre les succès politiques de Mischaël Modrikamen sur la scène européenne (avec Steve Bannon, l’ex-conseiller de Trump, il tente de fédérer les partis de droite populiste) et la réalité électorale de sa formation en Belgique francophone.

>>> Notre dossier: Communales 2018: quel bilan pour les partis ?