Le président du CD&V, Joachim Coens, n'a pas encore abandonné l'espoir d'un gouvernement fédéral formé autour de l'axe PS/N-VA. "Ils ont dit de leur donner 50 jours et ils sont bloqués après 25! Je pense qu'il faut faire encore un effort pour pouvoir former une majorité", a indiqué M. Coens lundi soir dans Terzake, l'émission de la VRT.

En tant que dirigeants des plus grands partis flamand et francophone, Bart De Wever (N-VA) et Paul Magnette (PS) ont tenté d'avancer dans la formation d'un nouveau gouvernement ces dernières semaines. CD&V, cdH et sp.a étaient disposés à entrer dans la discussion, mais les préformateurs n'ont pas réussi à amener un sixième parti à bord pour obtenir une majorité.

Lundi, De Wever et Magnette ont présenté leur démission au Roi, lequel n'a pas encore donné sa réponse. Joachim Coens a toujours l'espoir d'un redémarrage. "Si les plus grands partis demandent ensemble d'agir, il me semble qu'on devrait continuer et essayer de parvenir à ce bon accord de coalition", selon lui.

Il est suggéré ici et là que la tentative a échoué sur le forcing qu'aurait opéré le PS pour pousser le MR dehors. "À six partenaires, tout le monde est nécessaire, ce qui permet à certaines personnes de se sentir mieux", a encore glissé M. Coens. "Ce sont les deux préformateurs qui à un moment donné font le choix de poursuivre avec une certaine composition."

Une piste vert violet dès lors? "Je ne pense pas que ce soit la solution maintenant. Je pense que nous avons encore de nombreuses occasions de parler", estime Joachim Coens. Selon lui, son parti ne propose pas d'exclusivité aux partis verts ou libéraux, mais "il reste important, sur la base de ce que deux partis peuvent trouver sous forme de consensus, de permettre aux autres partis de participer à la discussion et d'obtenir une majorité".