Ce report est lié à des considérations techniques par rapport au certificat européen Covid, et notamment à la mise en oeuvre du pré-accord conclu par la Belgique et les autres États membres avec le Parlement européen.

Une recommandation de la Commission européenne sur ce certificat est par ailleurs attendue dans la semaine.

Le report du comité de concertation ne remet pas en cause les étapes suivantes du déconfinement, avec la date du 9 juin en ligne de mire pour la réouverture d'une série d'activités en intérieur.

De quoi sera-t-il question le 4 juin?

D'après nos confrères du Soir, si pas mal de bourgmestres aimeraient des clarifications concernant les futurs matches des Diables à l'Euro et les retransmissions sur écrans géants, Alexander De Croo et les autres membres des gouvernements avaient initialement prévu ce vendredi d'évoquer autre chose, à savoir la question des voyages. "Il n’est pas prévu de revenir sur ce qui a été fixé mais de se concentrer sur la thématique des voyages (quarantaine, testing, etc.) et des grands événements de la fin de l’été", rapportait ainsi plus tôt dans la journée une source de l'entourage du Premier ministre à nos confrères. Même s'il est reporté, nul doute que le Codeco du 4 juin concernera toujours en priorité les voyages. 

Pour rappel, les eurodéputés et les Etats membres sont parvenus la semaine dernière à un accord sur le pass sanitaire européen, qui devrait entrer en vigueur à partir du 1er juillet. Très attendu par les pays les plus dépendants du tourisme, et initialement suggéré par la Grèce, ce certificat est destiné à fournir un cadre harmonisé pour faciliter les déplacements dans l'Union cet été.

Le pass sanitaire figure également au menu du sommet des dirigeants européens ces lundi et mardi et devra être approuvé par le Parlement européen, dont la prochaine plénière est prévue du 7 au 10 juin à Strasbourg.

Parallèlement aux négociations politiques, le système de certificat européen fait l'objet de tests techniques auprès de différents Etats - dont la Belgique - pour vérifier son interopérabilité. A partir du 1er juin, les pays membres pourront commencer à se servir du système dans des conditions réelles s'ils sont prêts. C'est dès lors de tout cela que nos autorités devront communiquer le 4 juin prochain.