Le PTB a annoncé mardi vouloir garantir la disponibilité en quantité d'un futur traitement contre le coronavirus via l'utilisation de licences contraignantes, un mécanisme déjà prévu dans la loi belge. 

Ce mécanisme des licences contraignantes permet d'autoriser à un fabricant de génériques de produire et de vendre un médicament ou un autre produit médical encore sous brevet en échange d'une juste compensation à la firme qui détient le brevet.

"La santé doit passer avant les intérêts des firmes pharmaceutiques", a expliqué la députée fédérale PTB Sofie Merckx, qui est aussi médecin généraliste, dans un communiqué.

"Vu l'urgence sanitaire, le gouvernement doit s'engager à utiliser les licences contraignantes, si besoin, pour garantir directement des stocks de traitement pour tout le monde. Comme le recommandent d'ailleurs les experts à propos du plan national pandémie et comme viennent de le faire le Canada, le Chili et l'Équateur. Cela permet d'assurer la disponibilité mais aussi le prix d'un futur traitement", a-t-elle ajouté.

La député marxiste rappelle que les États-Unis ont déjà fait des tentatives d'acheter l'exclusivité d'un futur médicament pour le marché américain. "Nous devons nous donner les moyens dès maintenant d'utiliser le mécanisme des licences contraignantes", a souligné Mme Sofie Merckx.

Le PTB soumet une résolution dans ce sens en urgence au parlement fédéral.