La même piste de réflexion concerne les voyageurs passés par le grand-duché de Luxembourg ou par la Croatie, deux autres pays considérés comme à risque désormais par le gouvernement britannique qui a imposé, le week-end dernier, ce type de "traitement" aux touristes britanniques rentrant d’Espagne, ce qui a suscité un solide tollé. Il faut dire que les Britanniques touchés par cette mesure prise en urgence le 26 juillet sont particulièrement nombreux.

A noter que le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, a réagi auprès du Soir. Il affirme n'être au courant de rien. "Personnellement, je n’ai pas été mis au courant de cette décision-là. Et c’est vrai que je comptais vérifier ce jeudi au niveau de mes services car, aujourd’hui, j’étais dans le cadre de mes missions de la Défense sur la frégate Léopold 1er. Mais je n’ai pas eu de signaux (de Londres, NDLR) dans ce sens-là. Quand les Pays-Bas ont pris des mesures particulières vis-à-vis d’Anvers, j’ai une l’information et un contact avec mon homologue néerlandais, mais ici ce n’est pas le cas", a ainsi déclaré le ministre à nos confrères.

Anvers déconseillée

Les Pays-Bas aussi auscultent la situation en Belgique et plus particulièrement dans la province frontalière d’Anvers. La porte-parole du ministère néerlandais des Affaires étrangères, Willemien Veldman, a ainsi confirmé ce mercredi que les touristes belges provenant de cette province sont désormais invités à se mettre en quarantaine pendant 14 jours dès leur arrivée aux Pays-Bas. Sur les conseils de l’Institut royal de la santé publique (RIVM), les Pays-Bas ont en effet placé mardi soir la province d’Anvers en zone orange, vu la hausse du nombre de cas de coronavirus dans cette région. "Ne vous rendez dans la province d’Anvers, y compris dans la ville d’Anvers, que si c’est vraiment nécessaire. Donc pas pour le tourisme", peut-on lire sur le site internet du ministère néerlandais des Affaires étrangères. "Vous pouvez traverser la province pour vous rendre à votre destination si elle se trouve en dehors de la zone orange, mais ne vous arrêtez pas pour vous reposer ou vous ravitailler en carburant." Les Néerlandais qui se sont rendus à Anvers sont invités à se mettre en quarantaine pendant 14 jours dès leur retour.

Pour les touristes belges, la liste des destinations de voyage en vigilance orange inclut désormais aussi les régions françaises d’Île-de-France (dont Paris fait partie) et des Pays de la Loire (connus pour la route des châteaux), sans oublier le grand-duché de Luxembourg. Les Belges passés par ces régions sont tenus de se mettre en quarantaine dès leur retour en Belgique et un dépistage est recommandé. Le reste de la France est maintenu en zone verte.

Baléares, Canaries, Valence et Andalousie

L’Espagne, seconde destination touristique mondiale, tente de limiter au mieux les effets économiques de la pandémie. Le gouvernement de Pedro Sanchez ne cesse de marteler que son pays est sûr et que les touristes sont les bienvenus. Un message qui n’empêche nombre de pays européens, dont la Belgique, de déconseiller les voyages en direction de la Catalogne et de l’Aragon, des régions dans lesquelles les voyages sont carrément interdits dans les provinces de Lleida (Catalogne) et de Huesca (Aragon).

Le gouvernement espagnol ne remet pas en cause ces interdictions mais tente de calmer le jeu en mettant en avant le fait que des endroits très dépendants des touristes comme les Baléares, les Canaries et les régions de Valence et de l’Andalousie sont des "destinations sûres". Par ailleurs, si vous voyagez dans le reste de la Catalogne ou de l’Aragon mais aussi au Pays basque, en Navarre, dans la Rioja ou en Estrémadure, une vigilance accrue est demandée.

Une situation assez semblable prévaut au Portugal. Dans ce pays, il est interdit aux Belges de se rendre à Amadora, Odivelas, Sintra (Queluz-Belas/Massamá-Monte Abraão/Agualva-Mira Sintra/Algueirão-Mem Martins/Rio de Mouro/Cacém-São Marcos), Loures (Camarate, Unhos, Apelação/Sacavém-Pior Velho), Lisboa (Santa-Clara). Si des touristes belges devaient malgré tout passer par ces endroits, une quarantaine et un dépistage sont obligatoires à leur retour en Belgique. Le reste du Portugal demeure en zone verte.

Petit rappel, à partir du 1er août, chaque voyageur qui rentre en Belgique depuis l’étranger ou qui désire séjourner plus de 48 heures en Belgique devra remplir un formulaire d’identification (Passenger Locator Form) qui peut être téléchargé sur le site des Affaires étrangères (https://diplomatie.belgium.be/fr).