Hier soir, le gouvernement a fait le point sur les règles sanitaires en place en Belgique suite à la pandémie de coronavirus. Si aucun assouplissement n'a été envisagé, un contrôle plus strict des mesures en cours va par contre être d'application. Au terme de cette conférence de presse où Alexander De Croo a pris la parole, une séance de questions-réponses s'est déroulée. Une personne travaillant pour Kairos s'est alors adressée au Premier ministre. "Vous n'avez pas l'air d'apprécier mes questions. Les gens comprennent sûrement que vous voulez sauver des vies, mais les gens ne comprennent pas pourquoi vous ne l’avez pas fait avant. (...) Qu’avez-vous fait depuis mars? Vous parlez maintenant d’une troisième vague. À la troisième vague, on parlera peut-être de la quatrième vague. Mais qu’avez-vous fait depuis mars pour endiguer ça”, a-t-il demandé.

Alexander De Coo a donc répondu en énumérant toutes les mesures mises en place par le gouvernement et a tenu à défendre le travail jusque-là mis en place. "Si vous pensez qu'il y a une solution magique pour gérer cette crise, montrez-la-moi. Et montrez-moi un pays qui aujourd'hui a trouvé une solution magique", lui a-t-il rétorqué. Le militant a donc poursuivi de plus belle, en affirmant faire son travail et a répété sa question. "Je n’ai pas dit qu'il y avait une solution magique. Mais je vous ai posé une question la dernière et le direct a été coupé, je vous ai demandé quels sont les effets collatéraux des mesures avec des gens qui meurent et se suicident".

Finalement, Alexander De Croo a clos la conversation en invitant la personne qui le questionnait à se lancer dans la politique. "Si vous voulez faire passer des messages, présentez-vous aux élections. Une conférence de presse, c’est pour poser des questions, pas pour faire des déclarations politiques".