Ces crédits provisoires permettent à l'État fédéral de fonctionner en l'absence d'un budget en bonne et due forme. La Belgique remettra à la fin du mois son épure budgétaire pour l'année prochaine à la Commission européenne et la Chambre approuvera au mois de décembre un budget en bonne et due forme qui se sera fait attendre durant deux ans.

Un amendement a été apporté par la nouvelle majorité pour doter d'un milliard supplémentaire la provision interdépartementale constituée pour faire face au coronavirus. Il s'ajoutera aux trois milliards déjà votés cette année, a précisé la nouvelle secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker.

Le cdH avait déposé un amendement pour créer un fonds d'urgence pour le secteur événementiel et des forains, dont les activités se sont écroulées avec la crise sanitaire. Quinze millions d'euros y auraient été affectés pour faire le pont jusqu'à l'année prochaine. Il a été rejeté à une large majorité.

Le ministre des Indépendants, David Clarinval, prépare un plan de soutien pour l'an prochain, a assuré le chef de groupe MR, Benoît Piedboeuf. "Si l'on propose cet amendement, c'est parce qu'il n'y a rien pour les deux mois qui viennent. Ces secteurs ont drôlement besoin qu'on les aide", a répliqué Vanessa Matz (cdH).

La technique des douzièmes provisoires fait en sorte qu'en principe, on reproduit le dernier budget voté découpé en douze tranches. Les circonstances, en particulier la crise du coronavirus, a impliqué un écart de 20 milliards d'euros par rapport au dernier budget 2018 ajusté, selon les calculs de la Cour des comptes.